Les questions suivantes sont issues du jeu La Balade des Fromages, en vente sur le site. Ce jeu a été créé avec la participation de l’organisation Les Produits Laitiers qui en garantissent le contenu.
Ces questions vous permettront de devenir incollable sur les différents fromages de notre terroir, mais aussi les techniques de production, la dégustation…


Les fromages de A à Z

A

… comme Abondance

L’Abondance est un fromage :
a) qui contient de gros trous.
b) qui contient de petits trous.
c) qui n’a pas de trous ou très rarement.
Rép. : c.

Quand l’Abondance acquit-elle sa notoriété ?
a) Pour l’élection du Pape à Avignon en 1381, puisque l’Abbaye d’Abondance fut choisie comme fournisseur officiel.
b) Lorsque le tourisme d’hiver se développa dans la vallée.
c) Aux J.O. de 1968 qui se passèrent à Grenoble.
Rép. : a. Le monastère en livra 1,5 tonne !

Quelle est la teneur en matière grasse sur extrait sec de l’Abondance ?
a) 45%.
b) 48 %.
c) 55 %.
Rép. : b.

La durée d’affinage de l’Abondance est de 3 mois minimum en cave humide. A quelle température la cave doit-elle être ?
a) Entre 3 et 8° C.
b) Entre 10 et 13° C.
c) Entre 15 et 18° C.
Rép. : b.

L’Abondance est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a. C’est un fromage fabriqué exclusivement au lait cru en Haute-Savoie.

D’une quarantaine de cm de diamètre, d’environ 7,5 cm de hauteur, je pèse entre 7 et 12 kg en fin d’affinage. Mon talon concave est caractéristique. Je suis fabriqué en Haute-Savoie. Qui suis-je ?
a) Le Morbier.
b) Le Comté.
c) L’Abondance.
Rép : c.

L’Abondance est fabriqué dans les vallées et massifs de Haute-Savoie. Combien de communes sa zone géographique concerne-t-elle ?
a) 25.
b) 99.
c) 176.
Rép. : c. Je ne vous les énumérerai pas pour raison de place… Sachez seulement que la zone s’étend du val d’Abondance aux Aravis en passant par le pays du Mont-Blanc.1

Quel est le terme qui désigne un fromage bleu, comme le Roquefort par exemple, assez volumineux de forme cylindrique ?
a) Un pain.
b) Un rouleau.
c) Un saucisson.
Rép. : a.

Au XIVème siècle, une race bovine (vaches), l’Abondance, a été sélectionnée pour fabriquer ce fameux fromage du même nom. Qui est à l’origine de cette sélection ?
a) Les paysans du coin bien sûr !
b) Les moines de l’abbaye d’Abondance.
c) Le syndicat des fromagers de l’époque.
Rép. : b. Et pour la petite note historique, en 1381, l’Abondance était présent sur la table du Conclave en Avignon pour l’élection du Pape !

L’Abondance est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a. C’est un fromage fabriqué exclusivement au lait cru en Haute-Savoie.

D’une quarantaine de cm de diamètre, d’environ 7,5 cm de hauteur, je pèse entre 7 et 12 kg en fin d’affinage. Mon talon concave est caractéristique. Je suis fabriqué en Haute-Savoie. Qui suis-je ?
a) Le Morbier.
b) Le Comté.
c) L’Abondance.
Rép. : c.

L’Abondance est fabriqué dans les vallées et massifs de Haute-Savoie. Combien de communes sa zone géographique concerne-t-elle ?
a) 25.
b) 99.
c) 176.
Rép. : c. Je ne vous les énumérerai pas pour raison de place… Sachez seulement que la zone s’étend du val d’Abondance aux Aravis en passant par le pays du Mont-Blanc.

Il m’a fallu patienter de longs siècles avant de me faire un nom. Qui suis-je ?
a) le Reblochon.
b) l’Abondance.
c) la Tome des Bauges.
Rép. : b. Bien que datant du Moyen-Âge, l’Abondance demeure un fromage d’alpage consommé localement jusqu’aux années 80.

B

… comme Banon

Le Banon est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : b.

Le Banon se déguste :
a) le printemps et l’été selon le lait utilisé.
b) toute l’année sauf l’hiver selon le lait utilisé.
c) toute l’année selon le lait utilisé.
Rép. : c.

Si je vous dis «Avignon », à quel fromage de chèvre pensez-vous ?
a) le Pélardon.
b) le Banon.
c) le Picodon.
Rép. : b.

Pour la fabrication du Banon, pendant combien de jours les chèvres doivent-elle pâturer au minimum ?
a) 60 jours (2 mois).
b) 150 jours (5 mois).
c) 210 jours (7 mois).
Rép. : c.

Le berceau d’origine du Banon, petit fromage de chèvre d’un diamètre se situant entre 75 et 85 mm et dont la hauteur est de 20 à 30 mm, est :
a) la Haute-Provence.
b) le Jura.
c) les Pyrénées.
Rép. : a.

Le Banon, petit fromage de chèvre, détient son nom de la commune de Banon. Dans quel département est-elle située ?
a) Dans les Alpes-de-Haute-Provence.
b) Dans la Drôme.
c) Dans le Vaucluse.
Rép. : a. Les deux autres départements cités ainsi que les Hautes-Alpes font partie de l’aire géographique de fabrication du Banon.

Le Banon, petit fromage de chèvre dont le berceau d’origine est la Haute-Provence, doit être entièrement recouvert d’une feuille d’arbre pour continuer son affinage. De quelle feuille d’arbre s’agit-il ?
a) Du marronnier.
b) Du châtaignier.
c) Du platane.
Rép. : b.

… comme Beaufort

Il y a longtemps, les fermiers qui fabriquaient le Beaufort :
a) ne se nourrissaient de leur production que pendant l’hiver.
b) se nourrissaient du quart de leur production et vendaient le reste sur les marchés.
c) vendaient toute leur production, n’en mangeant que pour des occasions extraordinaires.
Rép. : c.

Quel fromage est-il traditionnellement consommé pendant les randonnées à ski dans les Alpes ?
a) Le Beaufort.
b) L’Emmental.
c) Le Gruyère suisse.
Rép. : a.

Le Beaufort est un fromage de vache :
a) au lait cru ou pasteurisé.
b) seulement au lait cru et entier de montagne.
c) au lait thermisé.
Rép. : b.

Le Beaufort est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

Le fromage Beaufort tire son origine d’un petit village qui se situe :
a) en Savoie.
b) en Haute-Savoie.
c) en Isère.
Rép. : a.

Dans quelle zone géographique le Beaufort est-il fabriqué ?
a) Dans le nord de la France.
b) Dans le sud-ouest de la France.
c) Dans le sud-est de la France.
Rép. : c. Et plus exactement dans 3 vallées de la Savoie, la Tarentaise, la Maurienne et le Beaufortin, sans oublier une partie du Val d’Arly.

Pendant combien de mois au minimum le Beaufort, fromage fabriqué dans 3 vallées de l’est du département de la Savoie, doit-il être affiné avant d’être mis à la vente ?
a) 5 mois.
b) 10 mois.
c) 15 mois.
Rép. : a.

Quel est le fromage que l’on n’oublie jamais de mettre dans une fondue savoyarde ?
a) Le Beaufort.
b) Le Camembert.
c) Le Sainte-Maure-de-Touraine
Rép. : a. Le Beaufort est aussi un fromage très apprécié des enfants !

Combien de fois les meules de Beaufort doivent-elle être salées, frottées et retournées pendant la période d’affinage ?
a) 1 fois par mois.
b) 2 fois tous les 15 jours.
c) 2 fois par semaine.
Rép. : c. Conditions indispensables pour que leurs arômes se développent !

Dans quelle zone géographique le Beaufort est-il fabriqué ?
a) Dans le nord de la France.
b) Dans le sud-ouest de la France.
c) Dans le sud-est de la France.
Rép. : c. Et plus exactement dans 3 vallées de la Savoie, la Tarentaise, la Maurienne et le Beaufortin, sans oublier une partie du Val d’Arly.

Pendant combien de mois au minimum le Beaufort, fromage fabriqué dans 3 vallées de l’est du département de la Savoie, doit-il être affiné avant d’être mis à la vente ?
a) 5 mois.
b) 10 mois.
c) 15 mois.
Rép. : a.

De quel ingrédient principal une fondue savoyarde est-elle composée ?
a) De viande.
b) De pommes de terre.
c) De fromage.
Rép. : c (Beaufort – Emmental – Comté).

Une meule de Beaufort pèse environ :
a) 20kg
b) 40kg
c) 60kg
Rép. : b.

… comme Bleu d’Auvergne

Pourquoi le Bleu d’Auvergne est-il associé à un enfant du pays, Antoine Roussel ?
a) C’est lui qui donna le nom au fromage, « Bleu d’Auvergne ».
b) Il trouva le moyen de l’affiner à cœur, dans des caves humides.
c) Il entreprit de récolter les moisissures du pain de seigle et d’en ensemencer les fromages.
Rép. : c.

Le Bleu d’Auvergne AOC est un fromage :
a) au lait cru.
b) au lait pasteurisé.
c) au lait cru et au lait pasteurisé.
Rép. : c. Ce qui est aussi vrai pour d’autres fromages.

Par quel moyen permet-on aux moisissures de bien se développer dans certaines pâtes persillées, comme le Bleu d’Auvergne par exemple, au début de leur affinage ?
a) Il n’y a aucun moyen, elles se développent toutes seules sans problème.
b) Les fromages sont percés par des aiguilles métalliques.
c) On injecte une substance naturelle qui permet aux moisissures de bien se développer.
Rép. : b.

Le Bleu d’Auvergne est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Le Bleu d’Auvergne est un fromage :
a) à pâte persillée.
b) à pâte pressée non cuite.
c) à pâte pressée cuite.
Rép. : a.

La zone de production du Bleu d’Auvergne s’étend sur quelques communes de Haute- Loire, de l’Aveyron, du Lot, de Corrèze et de Lozère, et sur l’ensemble des départements du Puy de Dôme et :
a) de l’Aube.
b) du Cantal.
c) de la Creuse.
Rép. : b.

Quand le Bleu d’Auvergne est-il apparu ?
a) Au début du XIIème siècle.
b) Dans le milieu du XVème siècle.
c) Dans le milieu du XIXème siècle.
Rép. : c.

Pourquoi le Bleu d’Auvergne est-il associé à un enfant du pays, Antoine Roussel ?
a) C’est lui qui donna le nom au fromage, « Bleu d’Auvergne ».
b) Il trouva le moyen de l’affiner à cœur, dans des caves humides.
c) Il entreprit de récolter les moisissures du pain de seigle et d’en ensemencer les fromages.
Rép. : c.

Le Bleu d’Auvergne AOC est un fromage :
a) au lait cru.
b) au lait pasteurisé.
c) au lait cru et au lait pasteurisé.
Rép. : c. Ce qui est aussi vrai pour d’autres fromages.

Par quel moyen permet-on aux moisissures de bien se développer dans certaines pâtes persillées, comme le Bleu d’Auvergne par exemple, au début de leur affinage ?
a) Il n’y a aucun moyen, elles se développent toutes seules sans problème.
b) Les fromages sont percés par des aiguilles métalliques.
c) On injecte une substance naturelle qui permet aux moisissures de bien se développer.
Rép. : b.

Quelle est la meilleure période pour manger du Bleu d’Auvergne ?
a) Toute l’année.
b) Le printemps et l’hiver.
c) L’automne.
Rép. : a.

Le Bleu d’Auvergne est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Le Bleu d’Auvergne est un fromage :
a) à pâte persillée.
b) à pâte pressée non cuite.
c) à pâte pressée cuite.
Rép. : a.

La zone de production du Bleu d’Auvergne s’étend sur quelques communes de Haute-Loire, de l’Aveyron, du Lot, de Corrèze et de Lozère, et sur l’ensemble des départements du Puy de Dôme et :
a) de l’Aube.
b) du Cantal.
c) de la Creuse.
Rép. : b.

Dans quoi le Bleu d’Auvergne est-il emballé ?
a) Dans du papier sulfurisé.
b) Il n’est pas emballé, une étiquette est juste posée.
c) Dans un papier aluminium.
Rép. : c.

Après le repas, avec quel fruit le Bleu d’Auvergne est-il traditionnellement ?
a) Des noix.
b) Du raisin.
c) Une pomme.
Rép. : b.

… comme Bleu des Causses

Quelle est la teneur en matière grasse sur extrait sec du Bleu des Causses ?
a) 35 %.
b) 45 %.
c) 60 %.
Rép. : b.

Avant d’être appelé Bleu des Causses, comment ce fromage était-il appelé ?
a) Bleu de Roquefort.
b) Bleu de Soulzon.
c) Bleu de l’Aveyron.
Rép. : c. Lorsque les affineurs de Roquefort-sur-Soulzon obtinrent en 1925 le monopole d’affinage du Roquefort, les propriétaires des autres caves s’unirent pour promouvoir un Bleu au lait de vache qui deviendra plus tard le Bleu de l’Aveyron puis Bleu des Causses !

Le Bleu des Causses est un fromage :
a) de brebis.
b) de vache.
c) de vache et de brebis.
Rép. : b.

Dans quel endroit l’affinage du Bleu des Causses se fait-il ?
a) Dans des caves artificielles.
b) Dans des grands haloirs.
c) Dans les caves des Causses.
Rép.:c .L’utilisation des grottes des Causses permet aux fleurines naturelles, semblables à celles du Roquefort, la floraison des germes ensemencés qui donnent ce bon goût au Bleu des Causses.

Le Bleu des Causses est fabriqué :
a) dans la Savoie.
b) dans le Limousin.
c) en Aquitaine et Midi-Pyrénées.
Rép. : c.

Le Bleu des Causses est affiné au minimum:
a) 30 jours
b) 50 jours
c) 70 jours
Rép. : c.


… comme Bleu de Gex

Dans quel département le Bleu de Gex est-il fabriqué ?
a) Dans le Jura.
b) Dans l’Ain.
c) Dans la Manche.
Rép. : b.

Le Bleu de Gex est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

Le Bleu de Gex AOP doit être fabriqué avec :
a) du lait cru.
b) du lait pasteurisé.
c) du lait thermisé.
Rép. : a.

Combien de départements le Bleu de Gex concerne-t-il ?
a) 2.
b) 5.
c) 8.
Rép. : a. Ce sont l’Ain et le Jura.

Après avoir été en cave fraîche pendant un minimum de 3 semaines pour son affinage, au bout de combien de temps le Bleu de Gex est-il commercialisé ?
a) 1 mois.
b) 2 à 3 mois.
c) 6 mois.
Rép. : b.

Combien de communes sont-elles concernées pour les deux départements (l’Ain et le Jura) qui fabriquent le Bleu de Gex ?
a) 35.
b) 75.
c) 125.
Rép. : b. Pour votre bien-être, je ne les nommerai pas…

L’affinage du Bleu de Gex est fait sur des planches :
a) en inox.
b) en bois recouverts de paillons.
c) d’épicéa.
Rép. : c.

Au cours de quelle période le Bleu de Gex trouva-t-il sa renommée grâce aux moines de l’abbaye de Saint-Claude ?
a) Au milieu du Xème siècle.
b) Au milieu du XIVème siècle.
c) Au milieu du XIXème siècle.
Rép. : b. En 1350 exactement.

Avec quel fromage Charles Quint, qui régnait sur la Bourgogne au XVIème siècle, faisait-il son régal ?
a) Le Beaufort.
b) Le Bleu de Gex.
c) Le Mont d’Or.
Rép. : b.

… comme Bleu de Sassenage (ou Bleu du Vercors)

Au bout de combien de temps d’affinage le Sassenage ou Bleu du Vercors est-il « parfait » ?
a) 3 semaines.
b) 1 mois ½.
c) 3 mois.
Rép. : a.

Le Bleu du Vercors est fabriqué dans la région :
a) de Chambéry.
b) de Villard-de-Lans.
c) de Nantua.
Rép. : b.

Quel est le second nom du Bleu du Vercors ?
a) Le Bleu Montagnard.
b) Le Sassenage.
c) Le Bleu de l’Isère.
Rép. : b.

Le Sassenage ou Bleu du Vercors est un fromage de :
a) chèvre-vache.
b) brebis-vache.
c) vache.
Rép. : c.

Bleu de vache persillé en forme de cylindre plat à talon convexe, offrant une fleur de surface fine, constituée d’un léger duvet blanc et parfois marbrée d’orangé ou d’ivoire, qui suis-je ?
a) le Bleu du Vercors-Sassenage
b) le Bleu des Causses
c) le Bleu d’Auvergne
Rép. : a.

… comme Brie de Meaux

Après séchage le Brie est salé. Le fromage doit mûrir au moins 4 semaines pendant lesquelles :
a) il est retourné plusieurs fois mécaniquement.
b) il est retourné plusieurs fois à la main.
c) on le laisse s’affiner sans le retourner pour éviter de l’abimer.
Rép. : b.

Le Brie de Meaux est un fromage de vache sans territoire géographique bien défini. Vrai ou Faux ?
Rép. : C’est faux, il est forcément élaboré en Ile-de-France, son berceau d’origine. C’est le Brie hors appellation qui n’a pas de territoire défini.

Le Brie de Meaux fut produit pour la première fois :
a) par les moines de l’Abbaye de Rueil-en-Brie.
b) par des paysans, du temps de Charlemagne.
c) par Henri IV, à ses heures perdues.
Rép. : a. Bien qu’il fut apprécié et par Charlemagne, et par Henri IV.

Un Brie de Meaux pèse entre :
a) 1,5 kg et 2 kg.
b) 2,5 kg et 3 kg.
c) 4 kg et 4,5 kg.
Rép. : b.

Le Brie de Meaux fait partie :
a) des pâtes molles à croûte fleurie.
b) des pâtes persillées.
c) des pâtes molles à croûte lavée.
Rép. : a.

La fabrication du Brie de Meaux est exclusivement :
a) au lait cru.
b) au lait pasteurisé.
Rép. : a.

Quel était le surnom du Brie bien avant que les moyens de transport développés comme le chemin de fer n’existent ?
a) Le fromage des parisiens.
b) Le fromage des forçats.
c) Le blanc parisien.
Rép. : a. Avant l’arrivée du chemin de fer, il n’était pas possible de le transporter loin sans risquer de l’abîmer. Seuls les parisiens pouvaient donc en profiter !

… comme Brie de Melun

Le Brie de Melun se différencie du Brie de Meaux :
a) par son diamètre plus court et sa couleur brun-roux.
b) par son épaisseur plus importante.
c) par son goût plus doux.
Rép. : a. Le Brie de Melun affiné a un goût bien prononcé qui fait de lui un fromage de caractère.

Le Brie de Melun est originaire de :
a) l’Ile-de-France.
b) la Picardie.
c) la Normandie.
Rép. : a.

Une fois emprésuré, le lait qui va servir à la création du Brie de Melun caille en moins de :
a) 30 minutes.
b) 2 heures.
c) 8 heures.
Rép. : a.

… comme Brocciu

Dans la fabrication du Brocciu, le petit lait est chauffé à 40 °, puis on y ajoute du sel et du lait cru. Dans quelle proportion ajoute-t-on le lait cru ?
a) 10 %.
b) 35 %.
c) 70 %.
Rép. : b.

Le Brocciu, le seul fromage Corse qui a bénéficié d’une AOP, est fabriqué :
a) en taille unique de 250g.
b) en 2 tailles : 250g et 500g.
c) en 4 tailles : 250g, 500g, 1 kg et 3 kg.
Rép. : c.

Le Brocciu est un fromage :
a) italien.
b) corse.
c) maltais.
Rép. : b

Le Brocciu AOP est un fromage frais :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : c.

Quel est le seul fromage AOP à être obtenu à partir du petit lait récupéré après une fabrication fromagère ?
a) Le Brocciu.
b) Le Salers.
c) Le Pélardon.
Rép. : a.


C

… comme Camembert

Le Camembert de Normandie est fabriqué dans 5 départements : la Seine-Maritime, l’Orne, la Manche, l’Eure, et :
a) le Calvados.
b) le Finistère.
c) l’Ille-et-Vilaine.
Rép. : a.

Le nom de Marie Harel est attaché au Camembert de Normandie. Pourquoi ?
a) Elle le mit au point en 1791, à partir de la fabrication d’un fromage local, aidée d’un prêtre réfractaire caché dans sa ferme.
b) Elle sélectionna les futures vaches normandes qui donneront exclusivement leur lait pour la fabrication du Camembert.
c) Elle gagna le concours du meilleur fromage du pays et lui donna le nom de sa commune.
Rép. : a.

A partir de quand a-t-on étiqueté les boîtes de Camembert ?
a) 1820-1830.
b) 1860-1870.
c) 1920-1930.
Rép. : b. La première étiquette de Camembert identifiée date du 2 février 1867.

Combien de mois dans l’année les vaches normandes qui ont le privilège de donner leur lait pour la fabrication du Camembert, doivent-elles pâturer au minimum?
a) 2 mois.
b) 4 mois.
c) 6 mois.
Rép. : c. Grâce à la douceur du climat normand.

Combien de Camemberts de Normandie d’Appellation d’Origine sont-ils fabriqués par an ?
a) Plus d’1 million.
b) Plus de 25 millions.
c) Plus de 50 millions.
Rép. : c.

Le Camembert AOP est un fromage :
a) de chèvre.
b) de vache.
c) de brebis.
Rép. : b.

Le Camembert AOP est fabriqué :
a) avec du lait cru.
b) avec du lait pasteurisé.
c) avec du lait thermisé.
Rép. : a.

Le Camembert est un fromage qui porte le nom d’un village. Dans quel département ce village se trouve-t-il ?
a) Dans l’Orne.
b) Dans le Cantal.
c) Dans le Calvados.
Rép. : a.

Quelle est la teneur en matière grasse sur extrait sec d’un Camembert ?
a) 40 %.
b) 45 %.
c) 50 %.
Rép. : b
.
L’invention de la boîte ronde qui a beaucoup contribué au succès du Camembert est née :
a) en 1645.
b) en 1890.
c) en 1945.
Rép. : b.1

Quand le Camembert de Normandie vit-il sa renommée devenir nationale ?
a) Napoléon III, l’ayant goûté et adopté, facilita sa distribution partout en France.
b) Pendant la guerre 14-18, les fromagers ont fourni des Camemberts à l’armée française. Sa renommée se répandit nationalement.
c) Le Président René Coty voulut aider les fromagers de Normandie à faire connaître leurs Camemberts et fit faire de la publicité à l’échelle nationale.
Rép. : b.

Combien de jours d’affinage faut-il pour que le Camembert de Normandie soit fait à cœur ?
a) 20 jours.
b) 35 jours.
c) 50 jours.
Rép. : b.

A votre avis, combien faut-il de litres de lait de vache pour fabriquer un Camembert de 250 g environ ?
a) 1,5 litre.
b) 2,2 litres.
c) 4 litres.
Rép. : b.

… comme Cantal

Dans quelle région de France le Cantal se trouve-t-il ?
a) L’Auvergne.
b) Le Limousin.
c) L’Aquitaine.
Rép. :a. Eh oui, le Cantal est un fromage auvergnat !

Le Cantal est un fromage :
a) de brebis.
b) de chèvre.
c) de vache.
Rép. : c.

Combien le Cantal doit-il subir de pressages ?
a) aucun.
b) 1.
c) 2.
Rép. : c.

De quelle famille de fromages le Cantal
fait-il partie ?
a) Des chèvres.
b) Des pâtes pressées non cuites.
c) Des pâtes pressées cuites.
Rép. : b.

Les premières laiteries industrielles pour la fabrication du Cantal ont vu le jour :
a) en 1770.
b) en 1840.
c) en 1910.
Rép. : c.

Quel signe témoigne-t-il de l’âge du Cantal ?
a) Le nombre de stries sur le fromage.
b) Une pastille indiquant l’âge du fromage.
c) La croûte qui devient plus épaisse.
Rép. : c.

Quel est l’un des plus anciens fromages du monde, apparu il y a à peu près 2000 ans ?
a) Le Cantal.
b) L’Emmental.
c) Le Sainte-Maure de Touraine.
Rép. : a.

Le Cantal est fabriqué dans les départements de la Loire et du Puy de Dôme mais également dans les environs de Saint-Flour. De quel département s’agit-il ?
a) Le Cantal.
b) L’Allier.
c) La Loire.
Rép. : a.

Pour la fabrication du Cantal :
a) une race de vache est obligatoire, la Salers.
b) on peut utiliser 2 à 3 races de vache, pas plus.
c) il n’y a pas de race de vache obligatoire.
Rép. : c.

Pendant combien de temps au minimum le Vieux Cantal ou Cantal de Caractère doit-il être affiné avant d’être sur votre plateau de fromages ?
a) 6 mois.
b) 12 mois.
c) 18 mois.
Rép. : a. Après 30 jours d’affinage, c’est un Cantal doux ou jeune ; entre 2 et 6 mois, c’est un Cantal « entre-deux » ou « doré ».

Quel est ce fromage dont parle déjà Pline l’Ancien au premier siècle :
a) le Cantal
b) le Saint-Nectaire
c) le Comté
Rép. : a.

… comme Chabichou du Poitou

Avec quel lait fabrique-t-on le Chabichou du Poitou ?
a) Du lait de vache.
b) Du lait de chèvre.
c) Du lait de brebis.
Rép. : b.

Le Chabichou emprunterait son nom au mot arabe « chebli » qui signifie :
a) chèvre.
b) fromage.
c) bonheur.
Rép. : a.

Une marque caractéristique est présente sur le dessus du Chabichou : CdP. Que signifie-t-elle ?
a) Contrôle de Provenance.
b) Chabichou du Poitou.
c) Caractéristique du Produit.
Rép. : b.

Après 10 jours d’affinage, le Chabichou du Poitou pèse environ :
a) 50 g.
b) 150 g.
c) 250 g.
Rép. : b.

Le Chabichou du Poitou est né :
a) sur le plateau de Neuville-du-Poitou.
b) à Lusignan.
c) à Couhé.
Rép. : a.

Comment doit-on conserver le Chabichou du Poitou ?
a) A l’air libre, placé au-dessus du réfrigérateur.
b) Dans le bac à légumes du réfrigérateur, bien enveloppé.
c) Sur une petite assiette, sans enveloppe, dans le réfrigérateur.
Rép. : b.

Quelle est la teneur en matière grasse sur extrait sec d’un Chabichou du Poitou, qui est un fromage de chèvre ?
a) 35 %.
b) 45 %.
c) 50 %.
Rép. : b.

Parmi ces 3 régions, laquelle ne compte qu’une AOP ?
a) Rhône-Alpes.
b) Poitou-Charentes.
c) Normandie.
Rép. : b. Le Chabichou du Poitou

… comme Chaource

D’où le nom du Chaource vient-il ?
a) Dans la région de production de ce fromage, il y avait beaucoup de chats et d’ours.
b) On a retrouvé un document avec le mot « Chaource » qui signifierait « source ».On suppose que les paysans récoltaient le  ait des vaches qui pâturaient près de cette source.
c) Il tire son nom d’une petite commune de l’Aube, Chaource.
Rép. : c.

Le Chaource est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

Le Chaource, fromage de vache de l’Aube, était déjà connu :
a) au Xème siècle.
b) au XIVème siècle.
c) au XVIIème siècle.
Rép. : b. Philippe IV le Bel se le fit présenter et Marguerite de Bourgogne l’exigeait à sa table !

La production de Chaource est assurée :
a) par des fermiers.
b) par des petites laiteries.
c) par des grandes laiteries.
Rép. : b.

Comment faut-il conserver le Chaource une fois acheté ?
a) Dans le réfrigérateur, sur une assiette, sans enveloppe.
b) Dans le bac à légumes, bien enveloppé dans du papier aluminium.
c) Dans le bac à légumes, bien enveloppé dans du papier sulfurisé, dans une boite en plastique.
Rép. : c.

De quelle famille de fromages le Chaource fait-il partie ?
a) Les pâtes molles à croûte lavée.
b) Les pâtes molles à croûte fleurie.
c) Les chèvres.
Rép. : b.

En fromages AOP, quel est le fromage dont la zone de production est voisine de celle du Langres ?
a) le Munster.
b) le Maroilles.
c) le Chaource.
Rép. : c. Le Langres (Haute-Marne) ; le Chaource (Aube).

Le Chaource est un fromage :
a) au lait cru.
b) au lait pasteurisé.
c) au lait thermisé.
Rép. : b.

Parmi ces 3 fromages, lequel n’a pas un croûtage orangé ?
a) le Chaource.
b) le Langres.
c) l’Epoisses.
Rép. : a.

Le Chaource qui porte le nom d’un bourg de l’Aube a une couleur :
a) blanche.
b) Ivoire.
c) tendance orangée.
Rép. : a.

Le Chaource, fromage bien connu, est également le nom d’un village. Où se trouve-t-il ?
a) Dans l’Aube.
b) Dans la Marne.
c) Dans le Cher.
Rép. : a.

Quel est le pourcentage de Chaource au lait cru ?
a) 12 %
b) 30 %
c) 70 %
Rép. : a.

… comme Charolais

Ils se sont battus 20 ans pour obtenir l’AOP. Qui sont-ils ?
a) les producteurs de Morbier.
b) les producteurs de Selles-sur-Cher.
c) les producteurs de Charolais.
Rép. : c. Il n’y a pas à dire, l’AOP, cela se mérite !

Le Charolais est fabriqué dans les environs de Charolles, c’est-à-dire bien sûr…
a) dans la Nièvre.
b) en Côte d’Or.
c) en Saône-et-Loire.
Rép. : c.

Le Charolais, tout récemment accepté dans la cour des fromages AOP, est fabriqué à base :
a) de lait de vache.
b) de lait de chèvre.
c) de lait de brebis.
Rép. : b.

Le Charolais est affiné pendant un minimum :
a) de 7 jours.
b) de 16 jours.
c) de 21 jours.
Rép. : b. Il se met alors à plisser doucement puis à bleuir.

… comme Chevrotin

Le Chevrotin est un fromage de chèvre fabriqué :
a) dans le Berry et la Touraine.
b) en Savoie et Haute-Savoie.
c) dans les Pyrénées.
Rép. : b.

Le Chevrotin est fabriqué :
a) uniquement à la ferme.
b) dans des petites laiteries.
c) à la ferme et dans les petites laiteries.
Rép. : a. Le Chevrotin ne peut provenir que du mélange des laits d’un seul troupeau.

Le Chevrotin est un fromage de chèvre. Que ce nom signifie-t-il ?
a) Gardien de chèvres.
b) Petite chèvre.
c) Enfant chétif.
Rép. : b.

Comment le Chevrotin est-il salé ?
a) le sel est ajouté au lait.
b) une seule fois au démoulage.
c) le fromage est trempé plusieurs fois dans la saumure.
Rép. : c.

Le Chevrotin mûrit sur des planches en épicéa pendant :
a) 1 semaine.
b) 3 semaines.
c) 8 semaines.
Rép. : b.

Le Chevrotin est plutôt une pâte :
a) dure.
b) demi-dure.
c) bien souple.
Rép. : c. Avec une saveur onctueuse, au parfum d’herbes sauvages.

Le Chevrotin est fabriqué avec le lait :
a) des chevreaux.
b) des chèvres.
c) des brebis.
Rép. : b. Les chevreaux boivent le lait et n’en produisent pas encore. Désolé !

… comme Comté

Le Comté vient :
a) du massif jurassien.
b) du massif vosgien.
c) du massif alpin.
Rép. : a.

Quels sont les deux fromages AOP les plus exportés ?
a) Le Beaufort et le Reblochon.
b) Le Comté et le Roquefort.
c) Le Brie de Meaux et le Camembert.
Rép. : b.

Une meule de Comté pèse environ :
a) 10 kg.
b) 25 kg.
c) 40 kg.
Rép. : c.

Le Comté, fromage de vache parmi les plus consommés de France, est classé parmi :
a) les pâtes cuites et pressées.
b) les pâtes pressées et non cuites.
c) les pâtes à croûte lavée.
Rép. : a.

Le Comté se présente sous forme de meule de :
a) 50 cm de diamètre minimum.
b) 70 cm de diamètre minimum.
c) 1 mètre de diamètre minimum.
Rép. : b.

Le Comté est pressé :
a) pendant 20 heures.
b) pendant 36 heures.
c) pendant 48 heures.
Rép. : a.

Quel est le fromage AOP le plus consommé ?
a) Le Comté.
b) Le Cantal.
c) Le Roquefort.
Rép. : a, avec 43 555 tonnes/an ; le Cantal, 18 828 tonnes et le Roquefort, 16 636 tonnes.

Combien faut-il environ de litres de lait de vache environ pour fabriquer une meule de Comté de 40 kg ?
a) 100 litres.
b) 250 litres.
c) 400 litres.
Rép. : c.

Que la bande verte sur le pourtour d’un Comté signifie-t-elle ?
a) Le Comté est bio.
b) C’est le 1er choix ou  Comté extra.
c) C’est un Comté affiné à froid.
Rép. : b.

… comme Crottin de Chavignol

Le Crottin de Chavignol est un fromage de :
a) chèvre-brebis.
b) chèvre-vache.
c) chèvre.
Rép. : c.

A l’origine, le mot Crottin (fromage de chèvre) tirerait son nom :
a) d’une petite lampe à huile en terre cuite, de forme ronde, servant aux fermiers à éclairer leurs caves.
b) des crottes de chèvre utilisées comme combustible pour chauffer le lait.
c) d’un moine surnommé « crottin », chargé de ramasser le fumier de chèvre.
Rép. : a. Cette lampe à huile s’appelait « crot ».

Chavignol, cela vous dit quelque chose ? Bien sûr, le Crottin de Chavignol qui porte le nom de la petite bourgade de Chavignol qui se trouve :
a) dans le Sancerrois.
b) dans l’Orléanais.
c) dans la Beauce.
Rép. : a.

Le Crottin de Chavignol est un fromage de :
a) chèvre-brebis.
b) chèvre-vache.
c) chèvre.
Rép. : c.

Le crottin de Chavignol est un fromage :
a) au lait pasteurisé.
b) au lait thermisé.
c) au lait cru.
Rép. : c.

A l’origine, le mot Crottin (fromage de chèvre) tirerait son nom :
a) d’une petite lampe à huile en terre cuite, de forme ronde, servant aux fermiers à éclairer leurs caves.
b) des crottes de chèvre utilisées comme combustible pour chauffer le lait.
c) d’un moine surnommé « crottin », chargé de ramasser le fumier de chèvre.
Rép. : a. Cette lampe à huile s’appelait « crot ».

A quelle date ces petits fromages de chèvre reçurent-ils le nom de crottin ?
a) En 1625.
b) En 1829.
c) En 1902.
Rép. : b.

Pour faire un Crottin de Chavignol, il faut quelle quantité de lait de chèvre ?
a) ¼ litre de lait.
b) ½ litre de lait.
c) ¾ litre de lait.
Rép. : b.

E

… comme Epoisses

L’Epoisses est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Quel fromage AOC de Bourgogne a-t-il comme un léger goût d’alcool ?
a) Le Rocamadour.
b) L’Epoisses.
c) Le Livarot.
Rép. : b.

L’Epoisses :
a) convient pour la cuisine.
b) ne convient pas pour la cuisine.
Rép. : b.

Pour conserver l’Epoisses, il faut :
a) le laisser impérativement dans une cave.
b) l’envelopper dans du papier sulfurisé et le laisser dans le réfrigérateur sur une assiette.
c) l’envelopper dans du papier sulfurisé, le laisser dans le réfrigérateur enfermé dans une boîte plastique.
Rép. : c.

L’Epoisses a un léger goût d’alcool, mais de quel alcool ?
a) de Calvados.
b) d’Armagnac.
c) de marc de Bourgogne.
Rép. : c.

Dans quelle région de France l’Epoisses est-il fabriqué ? Pour vous aider, je vous donne un département : l’Yonne.
a) La Bourgogne.
b) La Franche-Comté.
c) L’Auvergne.
Rép. : a.

L’Epoisses est fabriqué en Bourgogne dans 3 départements : l’Yonne, la Côte d’Or, et :
a) la Haute-Marne.
b) le Cher.
c) le Doubs.
Rép. : a. Le Cher se situe dans la région Centre et le Doubs en Franche-Comté.

La teneur en matière grasse sur extrait sec de l’Epoisses est de :
a) 40 %.
b) 50 %.
c) 60 %.
Rép. : b.

L’Epoisses est régulièrement frotté durant les 4 à 5 semaines de maturation dans des caves fraîches et humides :
a) d’eau enrichie d’eau de vie.
b) d’eau enrichie de marc de Bourgogne.
c) d’eau enrichie de vin de Bourgogne.
Rép. : b.

F

… comme Fourme d’Ambert

Une Fourme d’Ambert pèse environ :
a) de 500 g à 1 kg.
b) de 1,5 kg à 2 kg.
c) de 3 kg à 3,5 kg.
Rép. : b.

La Fourme d’Ambert, qui est une pâte persillée, est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de vache-brebis.
Rép. : a.

Comparativement à la Fourme d’Ambert, sa cousine la Fourme de Montbrison présente :
a) moins d’ouvertures et plus de bleu
b) plus d’ouvertures et plus de bleu
c) moins d’ouvertures et moins de bleu
Rép. : c.

La Fourme d’Ambert est fabriquée :
a) en Bourgogne.
b) en Bretagne.
c) en Auvergne.
Rép. : c. Dans le Cantal, la Loire et le Puy-de-Dôme.

La croûte de la Fourme d’Ambert est de couleur :
a) blanche.
b) ocre-rouge.
c) jaunâtre.
Rép. : b.

Aujourd’hui, en moyenne, combien de français consomment-ils de la Fourme d’Ambert ?
a) 1 français sur 3.
b) 1 français sur 5.
c) 1 français sur 10.
Rép. : b.

A combien de tonnes la production AOP de la Fourme d’Ambert s’élève-t-elle ?
a) 200.
b) 6 000.
c) 20 000.
Rép. : b.

La zone AOP de production de la Fourme de Montbrison :
a) ne concerne que le Puy-de-Dôme
b) est à cheval sur la Loire et le Puy-de-Dôme
c) concerne 5 départements du Massif Central
Rép. : b.

… comme Fourme de Montbrison

Parmi ces 3 fromages d’Auvergne, lequel a une forme différente des 2 autres ?
a) le Cantal.
b) la Fourme de Montbrison.
c) le Salers.
Rép. : b.

En fin d’affinage, la Fourme de Montbrison pèse environ :
a) 1 kg
b) 2,5 kg
c) 4 kg
Rép. : b.

La production de Fourme de Montbrison représente :
a) 200 tonnes par an
b) 500 tonnes par an
c) 900 tonnes par an
Rép. : b.

La production de la Fourme de Montbrison est :
a) essentiellement au lait cru
b) très peu au lait cru
c) de quantité égale lait cru et non cru
Rép. : b. 4 % seulement au lait cru.

La Fourme de Montbrison, persillé de vache, est produite :
a) par une majorité de producteurs fermiers
b) principalement par des laiteries
c) par autant de producteurs que de laiteries
Rép. : b. Un seul producteur s’est installé en 2007.

La Fourme de Montbrison doit sa croûte orangée :
a) à son affinage sur bois
b) à un colorant alimentaire naturel
c) à un affinage permanent à la lumière
Rép. : a.

Une Fourme de Montbrison qui pèse environ 2,5 kg nécessite :
a) 10 à 15 litres de lait
b) 15 à 20 litres de lait
c) 20 à 25 litres de lait
Rép. : c.

La Fourme de Montbrison est un fromage :
a) de vache-brebis.
b) de vache.
c) de brebis.
Rép. : b. Elle s’apparente à la Fourme d’Ambert mais elle est moins persillée.

La Fourme de Montbrison est un fromage :
a) à pâte pressée non cuite.
b) à pâte persillée.
c) à pâte molle à croûte fleurie.
Rép. : b.


G

… comme Gaperon

Parmi les 3 fromages d’Auvergne suivants, lequel ne bénéficie pas d’une AOP ?
a) le Gaperon.
b) le Laguiole.
c) la Fourme de Montbrison.
Rép. : a.

… comme Gruyère

Pour un site de transformation du lait en Gruyère AOP, la zone de collecte des laits ne peut s’étendre au-delà des limites d’un cercle de :
a) 40 km de diamètre
b) 60 km de diamètre
c) 100 km de diamètre
Rép. : a.

Le Gruyère AOP est un fromage :
a) toujours au lait cru
b) parfois au lait thermisé
c) peut être cru ou pasteurisé
Rép. : a.

La croûte « morgée » du Gruyère en cours d’affinage apparaît :
a) de façon naturelle en cave humide
b) par le travail de micro-organismes
c) par des brossages réguliers à l’eau et au sel
Rép. : c.

Le taux de matières grasses sur extrait sec du Gruyère AOC se situe entre :
a) 30 et 45 %
b) 47 et 52 %
c) 52 et 60 %
Rép. : b.

Combien faut-il de litres de lait pour fabriquer une meule de Gruyère AOP ?
a) 200 litres
b) 400 litres
c) 600 litres
Rép. : b.

La teneur en sel du Gruyère AOP est comprise entre :
a) 0,2 à 0,6g pour 100 g
b) 0,6 à 1,7g pour 100 g
c) 1,7 à 2,5g pour 100 g
Rép. : b.

Le Gruyère français, qui n’a pas de trou, est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de vache-brebis.
Rép. : a.

La fabrication du Gruyère AOP concerne combien de départements ?
a) seulement 2
b) 5
c) 8
Rép. : b. 567 communes sont concernées.

Le Gruyère qui a obtenu son appellation d’origine contrôlée le 28 Mars 2007 s’apparente :
a) à l’Emmental
b) au Gruyère suisse
c) au Cantal
Rép. : b.

Le caillé qui sert à l’obtention du Gruyère AOP est chauffé à :
a) 32°C
b) 52 °C
c) 72° C
Rép. : b.

Le préaffinage et l’affinage du Gruyère AOP s’effectue sur des planches non rabotées :
a) de bois d’épicéa
b) de bois d’érable
c) de bois de hêtre
Rép. : a.

Quelle est la température d’affinage du Gruyère AOP ?
a) 4° C
b) 10° C
c) 15° C
Rép. : c.

La pâte du Gruyère AOP :
a) ne présente aucun trou
b) présente parfois quelques ouvertures
c) doit obligatoirement présenter des ouvertures
Rép. : c. D’une taille qui peut varier de la grosseur d’un pois à celle d’une cerise.

Le pressage du Gruyère AOC dure environ :
a) 6 heures
b) 24 heures
c) 2 jours
Rép. : a.

L

… comme Laguiole

Pourquoi chaque pièce de Laguiole (le fromage) est-elle marquée du sceau du taureau ?
a) Parce que c’est un fromage de vache.
b) Parce que le taureau est l’emblème du village de Laguiole.
c) Parce que Laguiole, en patois, veut dire taureau.
Rép. : b.

Quel est le poids maximum d’un laguiole ?
a) 30 kg
b) 40 kg
c) 50 kg
Rép. : c.

Le Laguiole est un fromage :
a) de brebis.
b) de vache.
c) de vache-brebis.
Rép. : b.

Plus le Laguiole est vieux, plus :
a) sa pâte est élastique.
b) sa pâte est friable.
c) sa pâte est dure.
Rép. : b.

Le Laguiole subit dans sa fabrication :
a) 1 pressage.
b) 2 pressages.
c) 3 pressages.
Rép. : b.

L’Aligot se fabrique avec :
a) du Laguiole frais.
b) du Saint-Nectaire.
c) du Reblochon.
Rép. : a.

Comment doit-on prononcer le Laguiole, ce fromage de vache si délicieux ?
a) Comme cela s’écrit : LAGUIOLE.
b) LAGUILLE.
c) LAYOLE.
Rép. : c. Essayez avec votre fromager, histoire de voir s’il réagit rapidement ou pas !

Le Laguiole est affiné au minimum :
a) 20 jours
b) 4 mois
c) 1 an
Rép. : b.

Le Laguiole est fabriqué dans les montagnes de l’Aubrac. Sa zone de production s’étend donc sur les départements de la Lozère, du Cantal, et :
a) du Puy-de-Dôme.
b) de l’Aveyron.
c) de la Corrèze.
Rép. : b.

Le Laguiole est fabriqué depuis :
a) le XIIème siècle
b) le XVIème siècle
c) le XIXème siècle
Rép. : a.

Les règles de fabrication du Laguiole ont été fixées par les moines d’Aubrac au :
a)VIIIème siècle.
b) XIIème siècle.
c) XVIIème siècle.
Rép. : b.

… comme Langres

Le Langres est un fromage :
a) de brebis.
b) de chèvre.
c) de vache.
Rép. : c.

La Haute-Marne a une spécialité, laquelle ?
a) le Chaource.
b) le Langres.
c) le Munster.
Rép. : b.

Comment savoir si un Langres est bien affiné juste en l’observant ?
a) Des points rouges se développent en surface.
b) Sa « fontaine » (creux sur sa partie supérieure) est plus prononcée.
c) Son odeur est très forte.
Rép. : b.

Au cours de quel siècle l’élaboration du Maroilles a-t-elle été mise au point ?
a) Au VIIIème siècle ap. J.C.
b) Au Xème siècle ap. J.C.
c) Au XIXème siècle ap. J.C.
Rép. : b.Vers 960 par les moines de l’abbaye de Maroilles.

Le Maroilles est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

Quelle est la couleur du fromage « le Langres » ?
a) Orange.
b) Jaune.
c) Blanc.
Rép. : a.

Le Mont d’Or est un fromage :
a) de brebis.
b) de vache.
c) de vache-brebis.
Rép. : b.

De quelle famille de fromages le Langres, fromage de vache orangé avec une petite « fontaine » sur sa partie supérieure, fait-il partie ?
a) Pâte molle à croûte lavée.
b) Pâte persillée.
c) Pâte molle à croûte fleurie.
Rép. : a.

Pour l’élaboration du Langres, il faut que
la part de l’herbe dans la ration d’hiver atteigne :
a) 10 %.
b) 30 %.
c) 50 %.
Rép. : b.

Pourquoi le Langres a-t-il une « fontaine », cette partie supérieure un peu affaissée, trait caractéristique de ce fromage ?
a) C’est le moule qui lui donne cette forme.
b) Un petit objet spécial Langres est posé sur le fromage pendant l’affinage afin de lui donner cette forme.
c) Le fromage n’est jamais retourné et il est toujours posé sur le même côté dans le hâloir.
Rép. : c

Comment la partie supérieure du Langres qui doit être profonde d’au moins 5 mm, s’appelle-t-elle ?
a) La fontaine.
b) Le cratère.
c) Le puits.
Rép. : a.

… comme Livarot

La teneur en matière grasse sur extrait sec du Livarot est de :
a) 40 %.
b) 50 %.
c) 60 %.
Rép. : a.

En 1877, combien de Livarots pouvaient-ils être affinés dans 200 caves ?
a) 800 000.
b) 2 millions.
c) 4,5 millions.
Rép. : c. C’était à cette époque le fromage le plus consommé de Normandie

Le Livarot est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Pourquoi le surnom du Livarot est-il le colonel ?
a) Pendant la 2nde guerre mondiale, un colonel français fit sa réputation en ventant le Livarot.
a) Le Colonel Chabert, dans le roman de Balzac, mangeait du Livarot tous les matins.
b) Le Livarot est entouré de fines lanières de jonc au nombre de 5 d’où le surnom de colonel, en référence à ses 5 barrettes.
Rép. : c.

Si le Livarot est entouré de laîches naturelles, est-ce :
a) dans un but gustatif
b) pour qu’il conserve sa forme et ne s’affaisse point
c) parce que cela lui confère une note naturelle et constitue une véritable signature
Rép. : c, autrefois, il aurait fallu répondre « b » mais aujourd’hui les fromages « se tiennent » d’eux-mêmes.

Le Livarot qui est un fromage de vache, est fabriqué :
a) en Normandie.
b) en Picardie.
c) dans le Centre.
Rép. : a.

Au XIXème siècle, quel était le fromage surnommé « la viande du pauvre » ou « la viande de l’ouvrier » à cause de sa valeur nutritive et de son prix abordable ?
a) Le Livarot.
b) Le Camembert.
c) Le Pont-l’Evêque.
Rép. : a. Ce fromage, à cette époque, était le plus consommé de Normandie.

M

… comme Mâconnais

Le Mâconnais est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : c.

Le Mâconnais est né près des vignes pour valoriser « les maigres prairies » qui les bordent. C’est un petit fromage de forme  ::
a) tronconique.
b) carré.
c) ronde.
Rép. : a. Précisément en forme de « bonde de tonneau ».

Le Mâconnais est un fromage de chèvre de type :
a) lactique.
b) pâte pressée.
c) pâte cuite.
Rép. : a.

De petite taille, le Mâconnais se déguste volontiers à l’apéritif avec :
a) un vin blanc d’Alsace.
b) un vin blanc d’Anjou.
c) Un vin blanc de Bourgogne.
Rép. : c.

Dans quelle région le fromage appelé « Mâconnais » est-il fabriqué ?
a) En Bourgogne.
b) En Auvergne.
c) Dans le Centre.
Rép. : a.

… comme Maroilles

Un fromage suit le même processus de fabrication que le Maroilles. Il se présente en pavés de 400 g avec la même croûte orange. Quel est-il ?
a) La Baguette Laonnaise.
b) Le Géromé.
c) Le Rollet.
Rép. : a.

A quel fromage la Thiérache, fait-elle penser ?
a) Le Munster.
b) Le Maroilles.
c) Le Comté.
Rép. : b.

Quand on parle du Sorbais, du Mignon et du Quart, de quel fromage parle-t-on ?
a) Du Livarot.
b) Du Munster.
c) Du Maroilles.
Rép. : c. Ce sont trois variantes : le Sorbais pèse 600 g, le Mignon 400 g et le Quart est le plus petit.

Quand on demande à un fromager un Maroilles blond, que va-til donner ?
a) Un Maroilles pas encore affiné.
b) Un Maroilles demi-affiné.
c) Un Maroilles complètement affiné.
Rép. : b.

Le Maroilles est une spécialité :
a) du Nord.
b) du Centre.
c) du Sud.
Rép. : a.

Le Maroilles fait partie des fromages :
a) à croûte lavée.
b) à croûte fleurie.
c) à croûte morgée.
Rép. : a.

De quelle famille de fromages le Maroilles fait-il partie ?
a) Des chèvres.
b) Des pâtes molles à croûte lavée.
c) Des pâtes molles à croûte fleurie.
Rép. : b.

Au cours de quel siècle l’élaboration du Maroilles a-t-elle été mise au point ?
a) Au VIIIème siècle ap. J.C.
b) Au Xème siècle ap. J.C.
c) Au XIXème siècle ap. J.C.
Rép. : b. Vers 960 par les moines de l’abbaye de Maroilles

Le Maroilles est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

Je me présente sous une forme carrée de 12 à 13 cm de côté pour 6 cm de hauteur. Ma croûte, couleur orange détrempée, est striée, sculptée. Qui suis-je ?
a) Le Livarot
b) Le Langres.
c) Le Maroilles.
Rép. : c. Sachez que ce fromage connaît des variantes. C’est le cas du Sorbais ou Monceau, du Manicamp, du Mignon ou Mignonnet ou
Quart-Maroilles.

… comme Mont d’Or

Quel est le deuxième nom du Vacherin du Haut-Doubs ?
a) L’Epoisses.
b) La Belle des Champs.
c) Le Mont d’Or.
Rép. : c.

Avec quel fromage peut-on faire une mini-fondue ?
a) Le Maroilles.
b) Le Mont d’Or.
c) Le Langres.
Rép. : b. Vous arrosez le fromage d’un peu de vin blanc, vous l’enveloppez d’aluminium et passez au four 10 mn. Trempez du pain croustillant dans le fromage fondu et régalez-vous !

Comment le Mont d’Or est-il dégusté et apprécié à Paris ?
a) Au couteau.
b) On « décalotte » le fromage pour savourer son cœur
c) A la cuillère, dans sa boîte.
Rép. : c.

Le Mont d’Or est un fromage :
a) de brebis.
b) de vache.
c) de vache-brebis.
Rép. : b.

La consommation du Mont d’Or :
a) peut se faire tous les jours de l’année.
b) ne peut se faire que du 10 septembre au 15 avril.
c) ne peut se faire que du 15 août au 15mars.
Rép. : b.

La boîte qui renferme le Mont d’Or est :
a) en épicéa.
b) en chêne.
c) en mélèze.
Rép. : a.

Dans quelle région de France le Mont d’Or est-il fabriqué ?
a) En Bourgogne.
b) En Franche-Comté.
c) En Auvergne.
Rép. : b.

Comment le Mont d’Or est-il dégusté et apprécié à Paris ?
a) Au couteau.
b) On « décalotte » le fromage pour savourer son cœur.
c) A la cuillère, dans sa boîte.
Rép. : c.

… comme Morbier

Le Morbier, ce fromage à la rayure bleue, est fabriqué avec le lait :
a) des vaches qui pâturent sur la commune de Morbier.
b) des vaches de toute la Franche-Comté.
c) des vaches de toute la France.
Rép. : b.

A quelle température le Morbier doit-il « mûrir » (s’affiner) ?
a) Entre 0 et 7° C.
b) Entre 7 et 15° C.
c) Entre 15 et 20° C.
Rép. : b.

La teneur en matière grasse sur extrait sec pour un Morbier est de :
a) 45 %.
b) 50 %.
c) 60 %.
Rép. : a.

On peut trouver du Morbier :
a) seulement au lait cru.
b) seulement au lait pasteurisé.
c) au lait cru et au lait pasteurisé.
Rép. : c.

Dans quelle région de France le Morbier est-il fabriqué ?
a) En Franche-Comté.
b) En Bourgogne.
c) En Champagne-Ardenne.
Rép. : a. Pour être très précis, un dans la région Rhône-Alpes puisque quelques communes de l’Ain peuvent également le fabriquer.

Le Morbier fait partie de la famille :
a) des chèvres.
b) des fromages persillés.
c) des pâtes pressées non cuites.
Rép. : c.

L’affinage minimal du Morbier est de :
a) 30 jours.
b) 45 jours.
c) 90 jours.
Rép. : b.

Le véritable Morbier se reconnaît quand son trait central de charbon de bois :
a) est régulier.
b) n’est pas régulier.
c) est en pointillés.
Rép. : b.

Dans quelle région de France le Morbier est-il fabriqué ?
a) En Franche-Comté.
b) En Bourgogne.
c) En Champagne-Ardenne.
Rép. : a. Pour être très précis, un dans la région Rhône-Alpes puisque quelques communes de l’Ain peuvent également le fabriquer.

Le Morbier fait partie de la famille :
a) des chèvres.
b) des fromages persillés.
c) des pâtes pressées non cuites.
Rép. : c.

… comme Munster

Le mot Munster proviendrait :
a) d’un mot alsacien signifiant « odeur forte ».
b) de la déformation du mot « monastère ».
c) de la mystérieuse origine de ce fromage au goût bien typé.
Rép. : b. En l’année 660, des moines bénédictins fondèrent un monastère en Alsace, bientôt entouré d’un nouveau village appelé Munster. Ce sont ces moines qui inventèrent le fromage du même nom.

Dans quelle(s) région(s) de France le Munster est-il fabriqué ?
a) En Lorraine.
b) En Alsace.
c) En Alsace et en Lorraine.
Rép. : c.

Dans quelle(s) région(s) de France le Munster est-il fabriqué ?
a) En Lorraine.
b) En Alsace.
c) En Alsace et en Lorraine.
Rép. : c.

Le Munster est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

De forme cylindrique de 13 à 19 cm de diamètre et de 2,4 à 8 cm de hauteur, ma croûte est lisse, légèrement humide, allant du jaune orangé au rouge orangé, ma pâte est souple et onctueuse, mon odeur atypique est très caractéristique. Ma saveur est franche et relevée. Qui suis-je ?
a) Le Pont-l’Evêque.
b) Le Munster
c) Le Reblochon.
Rép. : b.

L’égouttage du Munster dure :
a) 24 heures.
b) 48 heures.
c) 4 jours.
Rép. : c. Des retournements quotidiens sont pratiqués.

Parmi ces 3 fromages, l’un ne peut être considéré comme un fromage de garde. Lequel ?
a) le Comté.
b) l’Ossau Iraty.
c) le Munster.
Rép. : c. Si vous essayez de l’affiner trop longtemps, vous risquez de vous retrouver seul à table !

Le Munster, célèbre fromage alsacien, peut être aromatisé :
a) au coriandre.
b) au cumin.
c) au poivre.
Rép. : b.

N

… comme Neufchâtel

Quel est le pourcentage de Neufchâtel au lait cru ?
a) 40 %
b) 60 %
c) 80 %
Rép. : c.

Le Neufchâtel est originaire du Pays de Bray. Dans quelle région est-ce situé ?
a) La Basse-Normandie.
b) La Haute-Normandie.
c) La Bretagne.
Rép. : b.

Combien de variantes du Neufchâtel existe-t-il ?
a) Aucune.
b) 3.
c) 6.
Rép. : c. Le coeur, une autre version du cœur en plus grand, le fromage cylindrique, le double cylindre, le carré, le fromage ovale.

Comment reconnaît-on du premier coup d’œil que le Neufchâtel est fermier ?
a) Il est vendu emballé.
b) Il est vendu sur un paillon (lit de paille).
c) Un « N » est apposé sur sa croûte.
Rép. : b. Le Neufchâtel des laiteries, lui, est enveloppé.

Le Neufchâtel est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de chèvre coupé avec du lait de vache.
Rép. : a.

Le Neufchâtel est actuellement vendu essentiellement sous forme de :
a) carré.
b) cylindre.
c) cœur
Rép. : c.

Dans quelle région de France le Neufchâtel est-il fabriqué ?
a) En Normandie.
b) En Poitou-Charentes.
c) En Picardie.
Rép. : a.

O

… comme Ossau Iraty

Parmi ces fromages, l’un fut au XIVème siècle une valeur d’échange reconnue dans de nombreux contrats de location ou de vente et constituait la première source de revenus des bergers. Est-ce :
a) l’Ossau-Iraty
b) le Reblochon
c) le Saint Nectaire
Rép. : a.

L’Ossau-Iraty, ce beau fromage de brebis, est produit :
a) dans les Pyrénées-Orientales.
b) dans les Pyrénées-Atlantiques.
c) dans le Lot-et-Garonne.
Rép. : b.

La teneur en matière grasse sur extrait sec de l’Ossau-Iraty est de :
a) 45 %.
b) 50 %.
c) 60 %.
Rép. : b.

De quelle famille de fromages l’Ossau-Iraty fait-il partie ?
a) Pâte pressée cuite.
b) Pâte pressée non cuite.
c) Pâte molle à croûte lavée.
Rép. : b.

Quel fromage peut-on manger avec de la confiture de cerise noire ?
a) L’Ossau-Iraty.
b) Le Laguiole.
c) Le Bleu des Causses.
Rép. : a.

L’Ossau-Iraty est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : c.

P

… comme pâte

Qu’appelle-t-on « pâte persillée » pour un fromage ?
a) C’est un fromage avec beaucoup de persil.
b) C’est la « moisissure », le bleu que l’on retrouve dans la pâte du fromage comme le Roquefort par exemple.
c) C’est un fromage qui a très mauvais goût.
Rép. : b.

Qu’appelle-t-on une pâte persillée ?
a) Un fromage qui a du « bleu » comme le Roquefort par exemple.
b) Un fromage à qui on rajoute, dans la pâte, des herbes aromatiques.
c) Un fromage qui a des fentes à la coupe.
Rép.: a. Tous les « Bleus » sont des pâtes persillées

Qu’est-ce qu’une pâte pressée ?
a) C’est un fromage que l’on doit manger rapidement car il ne se conserve pas bien.
b) C’est l’état d’une pâte de fromage dont l’égouttage est accélérée par pressage.
c) C’est un fromage qui ne sait pas prendre le temps de s’affiner.
Rép. : b.

Qu’est-ce qu’un fromage cendré ?
a) C’est un fromage salé avec du sel noirci au charbon de bois.
b) C’est un fromage roulé dans la cendre de bois.
c) C’est un fromage parsemé de grains de poivre.
Rép. : a.

Quand parle-t-on de croûte fleurie ?
a) Quand la croûte est prête à accueillir des pétales de fleur pour en définir la saveur.
b) Quand l’aspect de la croûte est en forme de fleur.
c) Quand des moisissures naturelles se développent sur la croûte
Rép. : c.

… comme Pélardon

Sur les 213 tonnes de Pélardon, les ¾ sont fabriqués :
a) à la ferme.
b) en fruitière.
c) en grosse laiterie.
Rép. : a.

Le Pélardon existe depuis fort longtemps. Il était connu sous le nom de « Péraldou », dont le nom dériverait de « pèbre » qui signifie :
a) poivre.
b) bonheur.
c) pèlerin.
Rép. : a. Le fromage a un goût piquant qui n’est pas sans rappeler le poivre !

Citez un fromage de chèvre parmi les trois proposés :
a) le Pélardon
b) la Fourme de Montbrison
c) le Gruyère français
Rép. : a.

Le Pélardon est vendu :
a) avec un emballage.
b) sans emballage, à nu.
c) sur un paillon (lit de paille).
Rép. : b.

Le Pélardon est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : c.

Lorsque le Pélardon vieillit, il devient :
a) crémeux.
b) élastique.
c) friable.
Rép. : c.

Dans quelle région de France le Pélardon est-il fabriqué ?
a) En Rhône-Alpes
b) En Provence-Alpes-Côte d’Azur.
c) En Languedoc-Roussillon.
Rép. : c. Et dans une commune du Tarn (Midi-Pyrénées) à Murat-sur-Vèbre.

Qu’est-ce qui procure au Pélardon une signature particulière et authentique ?
a) les lieux où pâturent les chèvres.
b) son type de production.
c) son affinage.
Rép. : a. Les chèvres pâturent 210 jours par an au minimum dans les prés, garrigues, landes et sous les châtaigniers.

… comme Picodon

Le Picodon, après 1 mois d’affinage, est lavé plusieurs fois à la saumure (eau salée) et frotté avec du vin ou du cognac. Comment cette 2nde phase est-elle appelée par les spécialistes ?
a) L’affinage de « Dieulefit ».
b) L’affinage « picodonien ».
c) L’affinage alcoolisé.
Rép. : a.

Outre à la fin du repas, dans sa région d’origine, le Picodon est mangé également :
a) pour le goûter de 16 heures.
b) au petit déjeuner.
c) essentiellement pour le Carême.
Rép. : b.

Le Picodon se fabrique dans le Vaucluse, le Gard, l’Ardèche et :
a) la Drôme.
b) l’Allier.
c) l’Aveyron.
Rép. : a.

Le Picodon est fabriqué avec du lait de :
a) vache.
b) brebis.
c) chèvre.
Rép. : c.

Les moisissures de surface indiquent généralement la maturité des fromages lactiques. Sur le Picodon, les moisissures bleues et rouges témoignent :
a) que le fromage est encore frais.
b) que le fromage commence à s’affiner.
c) que le fromage est bien affiné.
Rép. : c.

… comme Pont l’Evêque

Le Pont-l’Evêque est un fromage très ancien qui tire son nom d’un village :
a) de Seine-Maritime.
b) de l’Eure.
c) du Calvados.
Rép. : c.

Le Pont-l’Evêque est un fromage de vache classé dans :
a) les pâtes molles à croûte lavée.
b) les pâtes à croûte fleurie.
c) les pâtes pressées non cuites.
Rép. : a.

Lisieux et Deauville sont deux fromages qui portent un nom de ville. Quel autre fromage porte-t-il, lui aussi, un nom de ville ?
a) Touques.
b) Le Breuil-en-Auge.
c) Pont-l’Evêque.
Rép. : c.

Le Pont-l’Evêque était connu au Moyen-âge sous le nom de « Angelot ». Au XVIème siècle, il s’appelait aussi « Augelot » en référence :
a) à sa forme carrée.
b) à son goût.
c) à son pays d’origine.
Rép. : c. Le pays d’Auge. Son nom actuel lui fut attribué au XVIIème siècle.

Parmi ces 3 fromages à croûte lavée, lequel « dégage » moins que les 2 autres ?
a) le Munster.
b) le Maroilles.
c) le Pont-l’Evêque.
Rép. : c.

Combien faut-il de litres de lait pour fabriquer un Pont-l’Evêque pesant 350 g ?
a) 2 litres.
b) 3,5 litres.
c) 5 litres.
Rép. : b.

Le Pont-l’Evêque est un fromage fabriqué :
a) en Auvergne.
b) en Normandie.
c) en Bretagne.
Rép. : b. Et également dans une partie des Pays de la Loire et de la Mayenne.

… comme Pouligny-Saint-Pierre

Quelle forme le Pouligny-Saint-Pierre a-t-il ?
a) Cylindrique.
b) Ronde.
c) Pyramidale.
Rép. : c.

Au XVIIIème siècle, pour la fabrication du Pouligny-St-Pierre, on utilisait :
a) des moules en noisetier.
b) des moules en érable.
c) des moules en sapin.
Rép. : a.

Le Pouligny-Saint-Pierre est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : b.

Dans quel département le Pouligny-Saint-Pierre est-il fabriqué ?
a) La Savoie.
b) L’Indre-et-Loire.
c) L’Indre.
Rép. : c. Dans 22 communes.

Quel fromage de chèvre a-t-il obtenu le premier une AOC ?
a) Le Pouligny-Saint-Pierre.
b) Le Chabichou du Poitou.
c) Le Sainte-Maure-de-Touraine.
Rép. : a. En 1972.

R

… comme Reblochon

Quelle est la teneur en matière grasse sur extrait sec du Reblochon ?
a) 45 %.
b) 50 %.
c) 55 %.
Rép. : a.

La zone d’appellation du Reblochon se situe en Haute-Savoie et :
a) en Savoie.
b) dans la Drôme.
c) en Isère.
Rép. : a.

De quelle famille de fromages le Reblochon fait-il partie ?
a) Les pâtes pressées cuites.
b) Les pâtes pressées non cuites.
c) Les pâtes molles à croûte lavée.
Rép. : b.

Le Reblochon est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Quel plat très apprécié est-il constitué de Reblochon fondu sur des pommes de terre ?
a) La raclette.
b) La tartiflette.
c) La truffade.
Rép. : b.

Que « reblocher » signifie-t-il ?
a) Cuire le lait une deuxième fois.
b) Pincer le pis de la vache une deuxième fois.
c) Retirer le petit lait du caillé.
Rép. : b. Le Reblochon vient de cette pratique qui est apparue au XIIIème siècle pour tromper ceux qui taxaient les fermiers avec la production de lait. Ceux-ci, une fois ces hommes partis, terminaient de traire entièrement leurs vaches.

Le Reblochon est emballé :
a) avec une feuille de châtaignier.
b) avec une mince tranche d’épicéa.
c) directement dans son papier.
Rép. : b. Ce qui lui permet de poursuivre son affinage jusqu’à dégustation.

… comme Rigotte de Condrieu

La Rigotte de Condrieu est produite :
a) au cœur du massif jurassien
b) au cœur du massif vosgien
c) au cœur du massif du Pilat
Rép. : c, c’est le triangle Lyon – Saint-Etienne –Valence

La Rigotte de Condrieu est un palet de chèvre :
a) au lait cru
b) au lait thermisé
c) au lait pasteurisé
Rép. : a.

La production de Rigotte de Condrieu atteint quel tonnage annuel ?
a) 60 tonnes
b) 150 tonnes
c) 300 tonnes
Rép. : a.

La Rigotte de Condrieu est un fromage :
a) à croûte lavée
b) à croûte pressée
c) à croûte fleurie
Rép. : c.

La Rigotte de Condrieu doit être fabriqué avec le lait de chèvres :
a) de race Alpine (les marrons).
b) de race Saanen (les blanches).
c) de race Alpine, Saanen ou originaires du Massif Central.
Rép. : c.

Parmi ces 3 fromages de chèvre, lequel n’est pas produit dans la région Centre :
a) le Selles-sur-Cher.
b) le Chabichou du Poitou.
c) La Rigotte de Condrieu.
Rép. : c. Elle est fabriquée dans la région Rhône-Alpes.

La Rigotte de Condrieu est un fromage en forme :
a) De cube
b) De palet
c) De lingot
Rép. : b.

La filière qui produit la Rigotte de Condrieu compte aujourd’hui :
a) une laiterie et 16 producteurs
b) aucune laiterie et 50 producteurs
c) une centaine de laiteries
Rép. : a.

Combien faut-il de litres de lait pour fabriquer un Pont-l’Evêque pesant 350 g ?a) 2 litres.b) 3,5 litres.c) 5 litres.Rép. : b.La Rigotte de Condrieu :
a) est une des premières AOP
b) est une des dernières AOP
Rép. : b. En obtenant l’AOP en Janvier 2009, la Rigotte de Condrieu est la dernière en date.

La Rigotte de Condrieu est :
a) la 7ème AOC de chèvre française
b) la 13ème AOC de chèvre française
c) la 18ème AOC de chèvre française
Rép. : b.

… comme Rocamadour

Lequel de ces fromages est-il originaire de Quercy dans le Lot ?
a) Le Saint-Marcellin.
b) Le Picodon.
c) Le Rocamadour.
Rép. : c.

Pour le Rocamadour AOC, combien, au maximum, le fermier peut-il élever de chèvres par hectare de terre ?
a) 3.
b) 10.
c) 25.
Rép. : b.

Le Rocamadour est servi traditionnellement :
a) en début de repas.
b) en milieu de repas, avec les légumes.
c) en fin de repas.
Rép. : c. Tout simplement !

Quel est ce petit fromage de chèvre du Sud-Ouest particulièrement crémeux qui se mange en deux bouchées :
a) le Pélardon
b) le Picodon
c) le Rocamadour
Rép. : c.

Le Rocamadour est essentiellement un fromage produit :
a) dans le Lot.
b) en Dordogne.
c) en Corrèze.
Rép. : a.

Le Rocamadour est fabriqué dans la Corrèze, la Dordogne, le Lot, le Tarn-et-
Garonne et :
a) l’Aude.
b) l’Aveyron.
c) l’Ariège.
Rép. : b.

Quel est le petit fromage de chèvre qui, généreusement étalé sur une tranche de pain légèrement toastée, est un concentré de plaisir ?
a) le Crottin de Chavignol.
b) le Rocamadour.
c) le Mâconnais.
Rép. : b.

Le Rocamadour a une forme :
a) de petit palet rond.
b) de boule.
c) de cœur
Rép. : a. Il pèse environ 30 g.

Le Rocamadour est un fromage :
a) de chèvre.
b) de vache .
c) de brebis.
Rép. : a.

Je suis un fromage du même nom qu’un site religieux mondialement connu, situé sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Qui suis-je ?
a) Montségur.
b) Lourdes.
c) Rocamadour.
Rép. : c. Petit fromage de chèvre ayant obtenu l’AOC en 1996.

… comme Roquefort

Pendant que le petit lait s’écoule, combien de fois par jour le fromage de Roquefort est-il retourné ?
a) Plus de 3 fois.
b) Plus de 5 fois.
c) Plus de 7 fois.
Rép. : b.

Quel est le terme qui désigne un fromage bleu, comme le Roquefort par exemple, assez volumineux de forme cylindrique ?
a) Un pain.
b) Un rouleau.
c) Un saucisson.
Rép. : a.

L’export du Roquefort représente :
a) 19 % de la production
b) 32 % de la production
c)45 % de la production
Rép. : a.

Le Roquefort est fait avec du lait :
a) de jument.
b) de biche.
c) de brebis.
Rép. : c.

Combien de temps les Roqueforts restent-ils en cave ?
a) 5 jours minimum
b) 15 jours minimum
c) 30 jours minimum
Rép. : b.

Les fleurines sont :
a) les premières fleurs d’alpage broutées par la brebis.
b) les moisissures bleutées qui se développent sur certaines croûtes.
c) les cheminées naturelles qui assurent, à Roquefort, l’aération des caves d’affinage.
Rép. : c.
Rép. : b.

Combien d’éleveurs contribuent-ils à la fabrication du Roquefort ?
a) 300.
b) 1 000.
c) 2 500.
Rép. :c. Six entreprises et 1 coopérative collectent le lait.

Qu’est-ce qu’une Lacaune ?
a) Une race de brebis.
b) Une maison fromagère.
c) Une étable aveyronnaise.
Rép. : a. On n’utilise que cette race pour la fabrication du Roquefort.

Le Roquefort a obtenu l’AOP :
a) en 1870.
b) en 1925.
c) en 1980.
Rép. : b.

Quel fromage bénéficia-t-il en premier du label AOP dès que celui-ci fut accordé aux fromages ?
a) Le Comté.
b) Le Beaufort.
c) Le Roquefort.
Rép. : c. Le deuxième fut le Comté.

Quel est ce fromage de brebis qui fut protégé par le Parlement de Toulouse dès 1666 ?
a) l’Ossau-Iraty
b) le Roquefort
c) le Brocciu
Rép. : b.

La collecte de lait de brebis destinée à la fabrication du Roquefort :
a) se concentre du 1erMai au 1er Septembre
b) se concentre du 15 Novembre à la fin Août de l’année d’après
c) se fait régulièrement sur l’année
Rép. : b.

Quel est le premier pays importateur de Roquefort ?
a) l’Espagne
b) l’Allemagne
c) les Etats-Unis
Rép. : a, avec quelques 1000 tonnes par an.

Quel est le tonnage de Roquefort commercialisé par an ?
a) 5 000 tonnes
b) 10 000 tonnes
c) 19 000 tonnes
Rép. : c, 16 à 19 % pour l’export.

Le Roquefort, fromage de brebis des plus célèbres, est affiné exclusivement sur la commune de Roquefort-sur-Soulzon, situé :
a) dans le Tarn.
b) dans le Gard.
c) dans l’Aveyron.
Rép. : c.

La teneur en matière grasse sur extrait sec du Roquefort est de :
a) 45 %.
b) 52 %.
c) 60 %.
Rép. : b.

Avec quel fruit le Roquefort se marie-t-il bien ?
a) La poire.
b) L’orange.
c) L’ananas.
Rép. : a.

L’export du Roquefort représente :
a) 19 % de la production
b) 32 % de la production
c)45 % de la production
Rép. : a.

Le lait qui sert à la fabrication du Roquefort provient :
a) d’une seule race de brebis
b) de deux races de brebis
c) les races n’ont aucune importance
Rép. : a. La Lacaune

Combien y a-t-il environ de producteurs de lait pour la fabrication du Roquefort ?
a) 500
b) 1 500
c) 2 100
Rép. : c.

Quelle est la température constante des caves d’affinage de Roquefort :
a) 9° C
b) 13° C
c) 18° C
Rép. : a.

Aujourd’hui, le Roquefort est consommé :
a) uniquement en France.
b) uniquement dans les pays européens.
c) dans plus de 70 pays.
Rép. : c.

Le Roquefort est affiné dans les fleurines, qui sont des caves naturelles. Quel est le pourcentage d’humidité de celles-ci ?
a) Plus de 45 %.
b) Plus de 70 %.
c) Plus de 95 %.
Rép. : c.

La production de Roquefort se développe avec l’aménagement des routes et l’amélioration des moyens de transport. En 1800, 250 tonnes étaient vendues. Combien de tonnes le seront-elles en 1830, soit 30 ans plus tard ?
a) 250 tonnes, cela n’a pas bougé.
b) 500 tonnes, cela a doublé.
c) 800 tonnes, c’est l’envolée.
Rép. : c. Aujourd’hui, nous sommes à 18 719 t !

S

… comme Sainte-Maure-de-Touraine

Le Sainte-Maure-de-Touraine avec sa paille gravée n’est produit que :
a) dans le canton de Sainte-Maure-de-Touraine.
b) dans une partie étendue de l’Indre-et-Loire.
c) dans 3 départements.
Rép. : b.

Une paille est introduite au cœur du Sainte-Maure-de-Touraine. C’est une paille :
a) de blé.
b) de seigle.
c) d’orge.
Rép. : b.

La production AOP de Sainte-Maure-de-Touraine par an est de :
a) 500 tonnes.
b) 1 000 tonnes.
c) 3 000 tonnes.
Rép. : b.

Le Sainte-Maure AOP se reconnaît à :
a) sa forme tronconique
b) sa couleur cendrée
c) sa paille gravée au laser
Rép. : b.

Le Sainte-Maure-d-Touraine est fait avec du lait :
a) de bouc.
b) de chevreau.
c) de chèvre.
Rép. : c.

Le Sainte-Maure-de-Touraine est un fromage :
a) exclusivement au lait de chèvre.
b) peut être un mélange chèvre-vache.
c) peut tolérer la présence de lait de brebis.
Rép. : a.

Il est préférable d’entamer un Sainte-Maure :
a) par le gros bout.
b) par le petit bout.
c) en le coupant en deux pour enlever la paille qui vous gêne bigrement.
Rép. : a.

Pour quelle raison met-on une paille au cœur du Sainte-Maure-de-Touraine lors du démoulage ?
a) Pour le consolider en raison de sa forme allongée.
b) Parce que c’est une tradition depuis la nuit des temps.
c) Pour l’aérer afin qu’il s’affine plus régulièrement.
 Rép. : a

Le Sainte-Maure-de-Touraine est une bûche tronconique. Que cela veut-il dire ?
a) Une des deux extrémités du fromage est plus petite que l’autre.
b) Les deux extrémités sont de même diamètre.
c) Les deux extrémités sont plus grosses que le centre du fromage.
Rép. : a. Le grand diamètre est de 5,5 cm et le petit mesure 4,5 cm

De quelle famille de fromages le Sainte-Maure-de-Touraine fait-il partie ?
a) Des pâtes persillées.
b) Des pâtes molles à croûte lavée.
c) Des chèvres.
Rép. : c.

… comme Saint Nectaire

Le nom du Saint Nectaire viendrait :
a) du nom d’Henri De Senectère, soldat de l’armée de Louis XIII
b) du nom de la ville de Saint Nectaire
c) du nom du « saint » qui mit au point l’élaboration de ce fromage
Rép. : a. Son fils Henri II De Senectère aurait consacré sa vie à la promotion du fromage qui aurait pris son nom.

La production du Saint Nectaire concernait en 2009 :
a) moins de 150 lieux de production
b) moins de 200 lieux de production
c) plus de 240 lieux de production
Rép. : c. 243 fromageries fermières et 5 fromageries laitières

L’affinage du Saint Nectaire dure en moyenne :
a) 3 semaines
b) 6 semaines
c) 12 semaines
Rép. : b.

La notoriété du Saint Nectaire auprès des consommateurs atteignait en 2009 :
a) 74 %
b) 84 %
c) 94 %
Rép. : c.

La couleur grise du Saint Nectaire fermier provient :
a) de la présence d’un champignon naturel, le mucor (ou poil de chat)
b) du charbon de bois avec lequel on saupoudre la croûte du fromage
c) de l’obscurité totale des caves d’affinage
Rép. : a.

En 2009, la production fermière de Saint-Nectaire atteignait :
a) 2 300 tonnes
b) 6 300 tonnes
c) 10 300 tonnes
Rép. : b.

Un Saint Nectaire pèse environ :
a) 1,7 kg
b) 2,7 kg
c) 3,7 kg
Rép. : a.

La fabrication du Saint Nectaire concerne :
a) 52 villages
b) 72 villages
c) 92 villages
Rép. : b. Tous situés à une altitude minimum de 750 mètres.

La notoriété du Saint Nectaire auprès des consommateurs atteignait en 2009 :
a) 74 %
b) 84 %
c) 94 %
Rép. : c.

La fabrication du Saint Nectaire concerne :
a) 52 villages
b) 72 villages
c) 92 villages
Rép. : b. Tous situés à une altitude minimum de 750 mètres.

Pour la fabrication du Saint Nectaire, l’ensilage :
a) est encouragé
b) est déconseillé
c) est interdit
Rép. : c. La ration de base des vaches doit être Constituée à 70 % d’herbe.

Le Saint Nectaire est principalement produit :
a) dans le Cantal.
b) dans le Puy-de-Dôme.
c) dans l’Allier.
Rép. : b.

Le caillé qui sert à l’élaboration du Saint Nectaire, fromage de vache bien connu, est mis en moule puis pressé pendant :
a) 1 heure.
b) une matinée.
c) un jour entier.
Rép. : c.

Le Saint Nectaire est fabriqué dans 2 départements, le Puy-de-Dôme et :
a) la Loire.
b) le Cantal.
c) la Corrèze.
Rép. : b.

De quelle famille de fromages le Saint Nectaire fait-il partie ?
a) Des pâtes pressées cuites.
b) Des pâtes pressées non cuites.
c) Des pâtes molles à croûte fleurie.
Rép. : b.

Comment reconnaît-on qu’un Saint Nectaire est fermier ?
a) Il a une pastille en caséine ovale de couleur bleue.
b) Il a une pastille en caséine ovale de couleur verte.
c) Il a une pastille en caséine ovale de couleur rouge.
Rép. : b. Les fabrications laitières ont une pastille verte carrée.

Le nom du Saint Nectaire est apparu dans la gastronomie :
a) au XIIIème siècle.
b) au XVIIème siècle.
c) au XIXème siècle.
Rép. : b.

La production AOP du Saint Nectaire par an est de :
a) 8 000 tonnes.
b) 14 000 tonnes.
c) 25 000 tonnes.
Rép. : b.

… comme Salers

Le Salers est un fromage :
a) de vache.
b) de bélier.
c) de truie.
Rép. : a.

Le Salers est issu des laits de troupeaux de vaches qui pâturent :
a) sur les hauteurs du massif jurassien.
b) sur les hauteurs du massif alpin.
c) sur les hauteurs des massifs volcaniques cantaliens.
Rép. : c.

L’affinage du Salers dure au minimum :
a) 2 semaines.
b) 3 mois.
c) 6 mois.
Rép. : b.

Le Salers est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de vache-brebis.
Rép. : a.

Le fromage Salers est associé :
a) à un emblème.
b) à une race de vache.
c) au nom de l’inventeur du fromage.
Rép. : b.

Le Salers est fabriqué :
a) dans les petites laiteries.
b) dans les petites laiteries et à la ferme.
c) exclusivement à la ferme.
Rép. : c.

Lorsque le Salers a une empreinte mentionnant «Tradition Salers », que cela signifie-t-il ?
a) Le producteur ne produit son fromage qu’avec des vaches Salers.
b) Le producteur fabrique son fromage au village de Salers.
c) Le producteur fabrique son fromage sans toucher à la tradition de fabrication.
Rép. : a.

Qu’est-ce qu’une gerle ?
a) Une race de vaches auvergnates.
b) Un récipient en bois cylindrique qui permet d’ensemencer le lait naturellement avant la fabrication du Salers.
c) Un instrument servant à briser le caillé.
Rép. : b.

Comment s’appelle le récipient en bois de châtaignier qui sert au caillage du lait pour la fabrication du Salers ?
a) la gerle.
b) la grolle.
c) la gaffe.
Rép. : a. Ce récipient facilite l’ensemencement naturel des laits et permet aux arômes de se développer.

… comme Selles-sur-Cher

Le Selles-sur-Cher est vendu :
a) avec un emballage.
b) sur un lit de paille.
c) sans emballage (à nu).
Rép. : c.

Le Selles-sur-Cher est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : c.

La « croûte » de certains chèvres comme le Selles-sur-Cher, le Valençay ou le Sainte-Maure-de-Touraine est gris-bleuté.
En effet, on mélange au sel :
a) du charbon de bois végétal.
b) de la poudre à canon.
c) du poivre.
Rép. : a.

Le Selles-sur-Cher, qui est un fromage de chèvre, est fabriqué :
a) uniquement en laiterie.
b) uniquement à la ferme.
c) à la ferme et en laiterie.
Rép. : c.

Quelle forme le Selles-sur-Cher a-t-il ?
a) Carrée.
b) Palet tronconique.
c) Pyramidale.
Rép. : b.

Le Selles-sur-Cher est fabriqué dans 3 départements de la région Centre, le Cher, l’Indre et :
a) la Sarthe.
b) le Loir-et-Cher.
c) la Creuse.
Rép. : b.

Quel est approximativement le poids d’un Selles-sur-Cher de 8 à 9 cm de diamètre et de 2 à 3 cm de haut ?
a) 150 g.
b) 250 g.
c) 350 g.
Rép. : b.


T

… comme Tome des Bauges

L’histoire raconte que le mot « TOMME » a perdu un « M » pour désigner la Tome des Bauges :
a) parce qu’on voulait la démarquer de la Tomme de Savoie.
b) parce que ce fromage a une histoire en épisodes comme un livre en plusieurs tomes.
c) parce que le mot « Toma » signifie en patois savoyard : fromage fabriqué dans les alpages.
Rép. : c.

La Tome des Bauges est un fromage :
a) de vache.
b) de chèvre.
c) de brebis.
Rép. : a.

La Tome des Bauges. Dans quel massif les Bauges se trouvent-elles ?
a) Jurassien.
b) Pyrénéen.
c) Alpin.
Rép. : c.

De quelle couleur la plaque de caséine qui indique l’origine fermière d’un fromage (comme la Tome des Bauges par exemple) est-elle ?
a) Verte.
b) Rouge.
c) Jaune.
Rép. : a.

La Tome des Bauges doit subir une période d’affinage minimum à compter de la date d’emprésurage. Cette période est de :
a) 2 semaines.
b) 5 semaines.
c) 10 semaines.
Rép. : b.

Quelle est la tomme qui ne prend qu’un « M » dans celles citées ci-dessous ?
a) Celle de Savoie.
b) Celle des Pyrénées.
c) Celle des Bauges.
Rép. : c.

V

… comme Valençay

Le Valençay est un fromage de chèvre typique :
a) du Berry.
b) de la Touraine.
c) du Limousin.
Rép. : a.

Le Valençay est un fromage :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : c.

Quel est environ le poids d’un Valençay qui est un fromage de chèvre, à base carrée de 6 à 7 cm de côté et de 7 à 8 cm de haut ?
a) 120 g.
b) 220 g.
c) 420 g.
Rép. : b.

La forme caractéristique du Valençay, qui est une pyramide sans pointe, viendrait selon la légende :
a) d’une fermière du Berry qui fit tomber le fromage et la pointe se cassa.
b) de Napoléon qui, revenant d’Egypte, décida de couper la pointe du fromage d’un coup de sabre.
c) cette forme fut élaborée dès le départ.
Rép. : b


Tout savoir sur…

… la production de fromage

Qu’est-ce qu’une fruitière dans le langage fromager ?
a) Une unité de production fromagère où l’on aromatise le fromage (à la pomme…).
b) Une association de producteurs de lait créée pour la fabrication du fromage.
c) Une fromagerie située à côté de vergers.
Rép. : b.

Quel taux minimum de matières grasses sur extrait sec la législation impose-t-elle aux fromages de chèvre ?
a) 30 %.
b) 45 %.
c) 60 %.
Rép. : b.

Qu’est-ce qu’une trayeuse ?
a) Un petit tracteur.
b) Un robot qui donne la nourriture aux animaux pendant qu’on les traie.
c) Une machine à traire.
Rép. : c.

Qu’est-ce qu’un tank à lait ?
a) Une citerne destinée à recueillir le lait.
b) Un engin qui sert à arroser de lait les animaux qui ne sont pas sages.
c) Un autre mot pour désigner le yaourt.
Rép. : a.

Le fromage peut être considéré comme le résultat :
a) de la fermentation du sel de lait.
b) de la fermentation du sucre de lait.
c) de la fermentation du petit lait.
Rép. : b, c’est le lactose.

Qu’est-ce que le lactosérum ?
a) Le petit-lait.
b) Le lait.
c) La crème de lait.
Rép. : a.

La production fermière s’est tout d’abord développée :
a) par la vente directe à la ferme.
b) par le marché du village.
c) par les supermarchés.
Rép. : b.

Qu’est-ce que la présure ?
a) Un genre de sel que l’on utilise pour saler le fromage.
b) Une substance organique (une enzyme) qui transforme le lait en caillé.
c) Une substance qui permet de transformer le lait en beurre.
Rép. : b.

Pour obtenir la coagulation du lait, on pouvait utiliser autrefois la sève des branches :
a) du sureau.
b) du saule.
c) du figuier.
Rép. : c.

La pasteurisation se fait en chauffant le lait entre :
a) 50 et 55° C.
b) 72 et 75° C.
c) 90 et 95° C.
Rép. : b. Le lait doit chauffer pendant 15 à 30 secondes.

La pasteurisation consiste à tuer les bactéries indésirables en stérilisant le lait en le faisant chauffer entre 72 et 75° C. Pendant combien de temps le lait combien de temps le lait doit-il être chauffé ?
a) Entre 15 et 30 secondes.
b) Entre 2 et 3 minutes.
c) Entre 10 et 15 minutes.
Rép. : a.

Pour que certains fromages aient une forme, on met le caillé dans un récipient qui s’appelle :
a) un hérisson.
b) un moule.
c) une cruche.
Rép. : b.4

Le fromage bio est fabriqué :
a) toujours avec du lait pasteurisé.
b) toujours avec du lait cru.
c) aussi bien avec du lait cru que du lait pasteurisé.
Rép. : c,. Par contre, le lait ne doit pas provenir de fermes d’élevage intensif, les animaux doivent être élevés et nourris écologiquement. Les engrais et les pesticides sont interdits.

Qu’est-ce qu’une jasserie ?
a) La femelle du jard.
b) Une cabane de bergers où l’on fabrique les Bleus l’été en Auvergne.
c) Une femme qui parle beaucoup.
Rép. : b.

Qu’est-ce que la pasteurisation ?
a) C’est une formule magique employée pour que les fromages soient d’excellente qualité.
b) C’est un moyen de congeler le lait.
c) C’est un moyen qui permet d’éliminer les bactéries du lait en le chauffant.
Rép. : c.

Qu’est-ce qu’une boulette ?
a) C’est une bêtise que tu as faite quand tu as mangé un fromage sans permission.
b) C’est le nom donné à des fromages moulés à la main en boule ou en poire.
c) C’est le nom d’un fromage alsacien.
Rép. : b.

La température ambiante a un grand rôle dans l’affinage des fromages. Il est préférable :
a) d’alterner chaud et froid.
b) de maintenir une température constante entre 10° et 15°.
c) de tenir les caves et haloirs à basse température (3° et 6°).
Rép. : b.

Qu’est-ce qu’un fromage laitier ?
a) C’est un fromage fabriqué dans un établissement industriel.
b) C’est un fromage fabriqué à base de lait.
c) C’est un fromage frais.
Rép. : a.

La présure sert à la coagulation du lait. D’où vient-elle ?
a) De l’estomac des chevreaux et des veaux.
b) De l’estomac des vaches et des chèvres.
c) D’un produit dérivant de la chimie.
Rép. : a. Et plus précisément de leur suc gastrique.

Pourquoi le fromager ajoute-t-il de la présure dans le lait ?
a) Pour qu’il ait un goût moins acide.
b) Pour qu’il coagule, qu’il « caille » plus vite.
c) Pour qu’il ne caille pas trop vite, de peur qu’il ne puisse plus le transformer en fromage.
Rép. : b.

Qu’est-ce qu’un hâloir ?
a) Un petit couteau servant à racler certains fromages afin de nettoyer leur croûte.
b) Une corde spéciale « gros fromages » qui sert à les hisser jusqu’à leur casier de rangement.
c) Un local servant à sécher certains fromages.
Rép. : c. Notamment les fromages de chèvres.

Qu’est-ce que le biquetage ?
a) Le moment où la chèvre fait ses petits.
b) L’opération qui consiste à mettre une boucle à l’oreille d’une chèvre pour la numéroter.
c) Le moment où la chèvre fait ses crottes.
Rép. : a.

Qu’est-ce que le morgeage ?
a) Le moulage du caillé dans les moules.
b) Pendant l’affinage, le fait de frotter la peau du fromage avec de l’eau salée et/ou aromatisée.
c) Le moment où le fromage doit être retourné afin qu’il s’affine de façon régulière et sur toute sa surface.
Rép. : b.

Certains fromages développent des yeux durant l’affinage. Ce sont :
a) des tâches.
b) des trous.
c) une maladie.
Rép. : b. Lors de la fermentation, des gaz se libèrent dans le fromage en fonction de la chaleur de la cave. Plus la cave est chaude, plus la fermentation favorise la formation d’yeux.

Qu’est-ce qu’une « estampille » sur un fromage ?
a) Un cachet de cire qui ferme l’enveloppe du fromage.
b) Un tampon qui indique la date de péremption du fromage.
c) Une marque appliquée sur l’enveloppe du fromage pour garantir son authenticité.
Rép. : c.

Quand on parle de « lait pasteurisé », que cela signifie-t-il ?
a) Il a été béni par un pasteur avant d’être travaillé.
b) C’est le berger (le pasteur du troupeau) qui travaille le lait.
c) Il a été chauffé artificiellement.
Rép. : c. Au-delà de 70°. Il y perd en goût mais les bactéries sont tuées.

Quelle est la saison de prédilection pour presque tous les fromages ?
a) Le printemps.
b) L’été.
c) L’automne.
d) L’hiver.
Rép. : c.

Comment appelle-t-on le commerçant qui vend des fromages ?
a) Le laitier.
b) Le fermier.
c) Le fromager.
Rép. : c.

L’odeur ammoniaquée qui peut parfois accompagner un fromage indique :
a) qu’il est trop frais.
b) qu’il est juste à cœur
c) qu’il est trop fait.

Combien faut-il de litres de lait pour faire 1 kg de fromage de chèvre ?
a) 5 litres.
b) 7 litres.
c) 10 litres.
Rép. : b.

Un fromage bouqueté est un fromage :
a) qui a l’odeur du bouc.
b) qui a développé des fleurs naturelles variées en croûtage.
c) qui a une odeur agréable.
Rép. : c.

La plaque de caséine qui assure l’identification du fromage doit être apposée :
a) à la surface de la meule
b) au centre de la meule
c) sur le talon de la meule
Rép. : c.

Qu’est-ce qu’un fromage d’alpage ?
a) Un fromage fabriqué exclusivement dans les Alpes.
b) Un fromage fabriqué avec le lait d’animaux qui ne vivent qu’en altitude.
c) Un fromage fabriqué à partir de lait d’animaux qui pâturent en haute-montagne.
Rép. : c.

Lorsque les fromages de chèvre de type lactique s’affinent longtemps, leur pâte a tendance à devenir :
a) pleine de petits trous.
b) très crémeuse.
c) cassante.
Rép. : c. On peut même les râper sur des préparations culinaires, c’est extra !

Quand on dit que le lait coagule, que cela veut-il dire ?
a) C’est le lait qui commence à prendre, le caillé se forme.
b) Le lait « tourne », il n’y a plus qu’à le jeter.
c) Le lait est en train de bouillir.
Rép. : a.

Pourquoi convient-il, surtout en été, de refroidir le lait après la traite ?
a) Parce que la crème devient ainsi plus épaisse.
b) Pour que le lait garde toute sa saveur.
c) Pour bloquer la prolifération microbienne.
Rép. : c.

Certains aliments peuvent avoir une mauvaise répercussion sur la qualité fromagère. En production fromagère, il est déconseillé, voire même interdit, de donner aux animaux :
a) de l’ensilage.
b) du maïs.
c) de la luzerne.
Rép. : a. Le goût du fromage s’en trouverait altéré.

Le phénomène de l’affinage est déterminant dans la qualité finale du fromage. Dans quel sens le rôle des matières grasses est-il incontestable ?
a) Un fromage maigre s’affine beaucoup plus vite qu’un fromage gras.
b) Un fromage maigre s’affine beaucoup plus lentement qu’un fromage gras.
c) Un fromage gras s’affine vite.
Rép. : a

Au stade de l’affinage des fromages, le froid a tendance :
a) à ralentir l’affinage.
b) à accélérer l’affinage.
c) n’a aucune incidence sur l’affinage.
Rép. : a.

Le taux d’humidité a un rôle important durant l’affinage des fromages. A quoi un air humide sert-il ?
a) Il empêche que l’affinage se fasse correctement.
b) Il ralentit l’affinage.
c) Il accélère l’affinage.
Rép. : c.

Sitôt la traite finie, quelle est la première opération à effectuer ?
a) L’emprésurage.
b) La filtration du lait.
c) Le caillage.
Rép. : b. Il importe de purifier le lait de certaines impuretés dès la traite terminée.

L’amertume qui se développe parfois dans des fromages de chèvre en cours d’affinage :
a) est tout-à-fait normale.
b) témoigne du développement de certaines moisissures.
c) provient d’une présence de lait de vache.
Rép. : b.

Comment les champignons qui se développent à la surface des fromages à croûte naturelle s’appellent-ils ?
a) Les moisissures.
b) Les fleurines.
c) Les enzymes de surface.
Rép. : a. Rassurez-vous, elles sont parfaitement comestibles !

Qu’est-ce que l’extrait sec du fromage ?
a) C’est le poids total du fromage moins le poids de l’eau qu’il contient.
b) C’est le poids total du fromage moins l’ensemble des matières grasses.
c) C’est un extrait (morceau) de fromage dépourvu de toute crème.
Rép. : a.

Si l’ensilage est interdit dans la nourriture des vaches pour la fabrication du Gruyère AOP, l’utilisation d’aliments d’origine transgénique est :
a) déconseillée
b) recommandée
c) interdite
Rép. : c.

Qu’est-ce qu’un bec dans un fromage ?
a) Un bec qu’un oiseau a perdu parce qu’il voulait jouer aux gourmands en s’attaquant à un fromage trop dur.
b) De petites fissures qui sont sous la croûte des pâtes cuites.
c) L’autre nom de la croûte des fromages.
Rép. : b.

La production des fromages au lait cru a tendance :
a) à s’accentuer.
b) à rester stationnaire.
c) à décroître.
Rép. : c.

Parmi les fromages AOP, quelle est la proportion de fromages au lait cru ?
a) 55 %.
b) 71 %.
c) 83 %.
Rép. : b. Résultat des statistiques 2006. En effet, tous les fromages AOC ne sont pas au lait cru. Il y a aussi des fromages au lait pasteurisé et au lait thermisé.

Qu’est-ce que le ressuyage du fromage ?
a) La méthode qui consiste à faire baisser le taux de matière grasse.
b) La méthode qui consiste à faire baisser le taux d’humidité.
c) La méthode qui consiste à les affiner plus rapidement.
Rép. : b, on place les fromages en courants d’air pendant 1 à 3 jours selon le degré d’assèchement voulu.

Quel pourcentage d’humidité des fromages est-il, en général, éliminé par le séchage ?
a) 5 à 20 %.
b) 20 à 40 %.
c) 40 à 60 %.
Rép. : a. Cela varie bien sûr selon que la pâte aura été au préalable plus ou moins égouttée

Quel est le mot qui indique que des morceaux, des caillots commencent à apparaître dans le lait ? On dit que le lait :
a) a tourné.
b) a pourri.
c) a cailloté.
Rép. : a.

Le pénicillium qui se développe à la surface des fromages à pâte molle est considéré comme :
a) la plaie du fromage.
b) la fleur du fromage.
c) la richesse du fromage.

Dans le volume total des fromages AOP, quel est le pourcentage de fromages au lait cru :
a) 50 %
b) 71 %
c) 98 %
Rép. : b.

Généralement, les pâtes jaunes témoignent :
a) que les fromages ont reçu un colorant.
b) que les fromages ont été faits avec des laits d’été.
c) que les fromages sont très affinés.
Rép. : b. Les animaux pâturent beaucoup plus.

Combien existe-t-il de fromages dits en AOP (Appellation d’Origine Protégée) ?
a) 23.
b) 46.
c) 103.
Rép. : b

Certains fromages, la plupart dits « fermiers », sont vendus « à nu ».Que cela veut-il dire ?
a) Ce sont des fromages sans croûte.
b) Ils sont vendus avec une étiquette mais sans emballage.
c) Ils sont vendus sans étiquette ni emballage.
Rép.:c. Et ils sont présentés seuls. Posez la question à votre fromager, peut-être sera-t-il collé !

Quel pourcentage de matière grasse sur extrait sec un fromage dit « maigre » doit-il ?
a) Moins de 15 %.
b) Moins de 20 %.
c) Moins de 25 %.
Rép. : b.

Quel pourcentage de matière grasse sur extrait sec un fromage dit « gras » contient-il ?
a) Plus de 30 %.
b) Plus de 40 %.
c) Plus de 45 %.
Rép. : b.

Quel pourcentage de matière grasse sur extrait sec un fromage dit « double crème » contient-il au minimum ?
a) 50 %.
b) 60 %.
c) 70 %.
Rép. : b.

Quel pourcentage de matière grasse sur extrait sec un fromage dit « triple crème » contient-il au minimum ?
a) 50 %.
b) 75 %.
c) 85 %.
Rép. : b.

Pourquoi lave-t-on certains fromages ?
a) parce qu’ils prennent la poussière dans les caves.
b) pour éliminer les micro-organismes indésirables.
c) pour leur conférer leur goût et leur aspect.
Rép. : c.

… le fromage dans l’histoire

« Un repas sans fromage est une belle à qui il manque un oeil ». De qui est cette phrase ?
a) De Napoléon Bonaparte.
b) De Louis XIV.
c) De Brillat-Savarin.
Rép. c. Ecrivain et magistrat français (1755 - 1826). Il était également un grand gastronome !

Pourquoi le XIXème siècle fut-il celui des grandes transformations dans l’art fromager ?
a) Le savoir pénètre dans les fermes les plus reculées.
b) Grâce aux progrès technologiques et au grand développement des moyens de transport.
c) De plus en plus de femmes savent lire et participent grandement aux productions fromagères.
Rép. : b.

Quel fromage devint-il l’élément majeur du régime alimentaire au cœur de l’empire
Romain ?
a) Le fromage de vache.
b) Le fromage de chèvre.
c) Le fromage de brebis.
Rép. : b.

Dans l’Antiquité, le fromage de chèvre était une denrée essentielle :
a) en France.
b) en Grèce.
c) en Italie.
Rép. : b. On croyait qu’il augmentait la force des guerriers et qu’il avait un pouvoir aphrodisiaque !

Au Moyen-âge, à qui doit-on l’élaboration de bien des fromages qui viennent aujourd’hui satisfaire nos papilles ?
a) Aux moines.
b) Aux paysans.
c) Aux commerçants.
Rép. : a.

Au cours de quel siècle le mot « fromage » est-il apparu ?
a) Au IIème siècle av. J.C.
b) Au VIIème siècle ap. J.C
c) Au XIIIème siècle ap. J.C.
Rép. : c. Sous la forme « formage », apparu dans le Roman de Renart.

Combien de sortes de fromages existait-il en France sous le roi Henri II (XVIème siècle) ?
a) Plus de 50.
b) Plus de 100.
c) Plus de 150.
Rép. : a. On dit qu’aujourd’hui, nous pourrions manger 4 sortes de fromages par jour pendant toute l’année !

… le fromage et la santé

Le taux protéique est plus important :
a) dans le lait de vache
b) dans le lait de brebis
c) dans le lait de chèvre
Rép. : b.

Pour la fabrication fromagère, le taux protéique dans le lait est-il plus important ou moins important que le taux de matières grasses ?
a) plus important
b) moins important
c) d’égale importance
Rép. : a, le taux protéique joue sur la coagulation, l’égouttage et le rendement global.

Les fromages (tout comme le lait) sont recommandés :
a) particulièrement pour les enfants en raison de leur croissance.
b) particulièrement aux personnes âgées.
c) à tous les âges de la vie.
Rép. : c.

Le lait cru recèle combien d’espèces microbiennes ?
a) 50
b) 100
c) 150
Rép. : c, on comprend que la consommation de lait cru puisse améliorer les défenses immunitaires

Le fromage est une grande source de calcium et de :
a) fer.
b) magnésium.
c) vitamines.
Rép. : b.

Faut-il manger la croûte des fromages ? Voilà une question qui revient souvent. En fait, cela dépend des fromages. Mais pour quelle raison faut-il parfois s’abstenir ? (Deux réponses sont possibles).
a) parce que la texture de la croûte risque d’altérer le goût de la pâte.
b) parce que des micro-organismes pathogènes peuvent être présents dans la croûte.
c) parce que pour une question de savoir-vivre, on ne mange pas la croûte des fromages.
Rép. : a et b.

… la France des fromages

L’Ain (région Rhône-Alpes) est réputé pour sa production :
a) de fromages de vache.
b) de fromages de brebis.
c) de fromages de chèvre.
Rép. : c.

Les fromages du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie sont en majorité des fromages :
a) de vache.
b) de brebis.
c) de chèvre.
Rép. : a.

Quelle est la grande région du fromage de Chèvre ?
a) la Normandie.
b) le Centre.
c) l’Auvergne.
Rép. b.

Quelle région produit-elle le plus de fromages au lait cru ?
a) La Franche-Comté.
b) Rhône-Alpes.
c) Midi-Pyrénées.
Rép. : a, avec 71406 tonnes en 2006 contre 35514 pour Rhône-Alpes et 27 180 pour Midi-Pyrénées.

Un inventaire récent a permis de dresser une liste quasi-exhaustive des fromages au lait cru en France. Ils sont au nombre de :
a) 365.
b) 740.
c) 1 200.
Rép. : c. Il y a bien sûr bon nombre de petites productions locales.

De quelle région dit-on qu’elle est le berceau d’origine de tous les fromages de France ?
a) La Franche-Comté.
b) La Normandie.
c) L’Auvergne.
Rép. : c.

… la dégustation du fromage

Combien existe-t-il de saveurs dans les fromages ?
a) 4.
b) 7.
c) 14.
Rép. : b. Les saveurs : fraîche, neutre, douce, marquée, prononcée, forte, très forte.

Quand on dit que la croûte d’un fromage est tourmentée, que cela signifie-t-il ?
a) Elle est de plusieurs couleurs, virant du gris au marron foncé.
b) Elle est parsemée de petits trous.
c) Elle présente des reliefs et des irrégularités.
Rép. : c.

Les fromages de Savoie s’accompagnent le mieux :
a) d’un vin blanc.
b) d’un vin rosé.
c) d’un vin rouge.
Rép. : a.

Comment le plat fait à partir de Laguiole frais, fondu dans une purée de pommes de terre agrémentée d’ail pilé et de lard fondu ou de jus de gigot, s’appelle-t-il ?
a) La truffade.
b) L’aligot.
c) La tartiflette.
Rép. : b.

Lorsque vous composez un plateau de fromages avec plusieurs variétés, vous devez les disposer :
a) pêle-mêle sur le plateau, les invités se débrouilleront bien.
b) par ordre de taille.
c) dans le sens des aiguilles d’une montre du plus doux au plus fort.
Rép. : c.

Quand on dit que le fromage est piquant, que cela veut-il dire ?
a) Il est tout plein de piques, comme les hérissons.
b) Il a un goût très fort, il pique la langue.
c) C’est un fromage rempli de poivre.
Rép. : b.

Quand on demande un fromage frais, que cela signifie-t-il ?
a) Le fromage doit sortir du réfrigérateur.
b) Le fromage ne doit pas dépasser la date limite de péremption.
c) Le fromage n’a pas dépassé le stade de l’égouttage.
Rép. : c.

Mangez du « fromage à la pie », que cela veut-il dire ?
a) Vous le mangez avec du sel et du poivre.
b) Vous le mangez frais, sans affinage.
c) Vous le mangez sans fourchette, ni couteau.
Rép. : b. Le fromage est généralement mangé soit avec des aromates, soit avec du sucre.

Qu’appelle-t-on des yeux dans un fromage ?
a) C’est une petite caméra cachée sous la croûte du fromage pour le surveiller de sa sortie de la ferme jusqu’à l’étal du fromager.
b) Ce sont des malformations dans certains fromages qui ont une forme d’yeux.
c) Ce sont des trous présents dans la pâte.
Rép. : c.

Pourquoi est-il préférable de placer plusieurs couteaux sur un plateau de fromages ?
a) Pour permettre à plusieurs personnes de se servir en même temps.
b) Pour un aspect esthétique.
c) Pour éviter que le dernier servi ne déguste des macédoines fromagères (un mélange peu délectable).
Rép. :c. Un couteau par type de pâte est à prévoir !

Quand dit-on qu’un fromage est charpenté ?
a) Quand il est devenu très sec.
b) Quand il est devenu très fort.
c) Quand il est riche en constituants tanniques.
Rép. : c.

Pourquoi la pâte des fromages de chèvre est-elle blanche alors que celle des fromages de vache est plus dorée ?
a) Les chèvres ont une nourriture différente.
b) Le lait de vache est plus gras que le lait de chèvre.
c) Le carotène, colorant naturel qui se trouve dans l’herbe, passe dans le lait de vache et très peu dans le lait de chèvre.
Rép. : c.

Un fromage fruité est un fromage :
a) aromatisé aux fruits.
b) dont la saveur s’est parfaitement épanouie.
c) dont l’odeur rappelle celle de certains fruits.
Rép. : b.

Un fromage faisandé est un fromage :
a) qui a une odeur et une saveur qui rappellent celles d’un gibier avancé.
b) qui accompagne bien des pièces de gibier en cuisine.
c) qui est décoré en croûtage par des herbes aromatiques.
Rép. : a.

Qu’est-ce qu’un fromage qui « piaule » ?
a) c’est un fromage qui a une odeur très prononcée.
b) c’est un fromage qui est devenu tout vert.
c) c’est un fromage dont la croûte a l’aspect d’une peau de crapaud.
Rép. : c.

Un fromage sapide est un fromage :
a) qui a beaucoup de saveur.
b) qui manque de saveur.
c) qui manque de sel.
Rép. : a.

Un fromage noiseté est un fromage :
a) qui n’est fabriqué qu’en saison de récolte des noisettes.
b) dont le croûtage est couleur noisette.
c) dont la saveur rappelle celle des noisettes.
Rép. : c.

Le cidre accompagne très bien les fromages :
a) de l’Alsace.
b) de Normandie.
c) du Nord.
Rép. : b. Camembert, Neufchâtel, Livarot, Pontl’Evêque.

Quand tu manges un yaourt, tu peux observer généralement un liquide transparent sur la surface que tu bois ou que tu jettes si tu n’aimes pas. Comment ce liquide s’appelle-t-il ?
a) Le petit lait.
b) L’eau.
c) Le caillé.
Rép. : a.

… les animaux producteurs

Une brebis est :
a) insectivore (qui mange les insectes).
b) herbivore (qui mange de l’herbe).
c) carnivore (qui mange de la viande).
Rép. : b.

Comment la mamelle d’une vache, chèvre ou brebis d’où sort le lait s’appelle-t-elle ?
a) La panse.
b) Le pis.
c) Les boyaux.
Rép. : b.

Une vache ou une chèvre a sur sa tête :
a) des bois.
b) des cornes.
c) des piques.
Rép. : b.

Comment appelle-t-on l’action d’une vache qui accouche de son veau ?
a) Le vêlage.
b) Le vachage.
c) Le biquetage.
Rép. : a.

Qu’est-ce que la transhumance ?
a) A l’époque, le prêtre du village bénissait les fromages. Cette action s’appelait la transhumance.
b) C’est le trajet du fermier entre ses bêtes qui sont au pâturage et la ferme.
c) C’est une période de l’année (d’avril à octobre environ) où le bétail se nourrit d’herbages de montagne.
Rép. : c.

Quel lait détient-il le taux le plus important de matière sèche totale ?
a) Le lait de vache.
b) Le lait de chèvre.
c) Le lait de brebis.
Rép. : c. Ce qui explique le rendement fromager nettement supérieur du lait de brebis !